Actualités Francophones

Ecrit par le 17 Avr, 2019

                                     Tous les ans, un peu avant la rentrée scolaire de septembre, avez-vous remarqué comme les médias s’en donnent à cœur joie pour critiquer l’Ecole ? C’est l’occasion de mettre en valeur les...

Lire plus

Linguistique

Ecrit par le 8 Juil, 2017

L’été dernier, je suis retourné en Irlande. J’y connais une famille irlandaise et j’en ai profité pour réaborder le sujet du gaélique, la langue celte qui était parlée avant l’arrivée de l’anglais. La plus grande propagation de l’anglais s’est...

Lire plus

Culture francophone

Les quotas de chanson française sont-ils efficaces ?

Ecrit par le 12 Juil, 2019

La chanson française se porte bien, merci ! Il est loin le temps de la disette. Dans les années 80 / 90, les jeunes se tournaient massivement vers les groupes et chansons britanniques ou américains… Quelques groupes et chanteurs français sortaient du lot, tel Téléphone, Indochine ou...

Lire plus

Derniers articles

Les quotas de chanson française sont-ils efficaces ?

Les quotas de chanson française sont-ils efficaces ?

12 Juil, 2019

4.6 (91.43%) 7 vote[s]

Clara Luciani en 2019

La chanson française se porte bien, merci ! Il est loin le temps de la disette. Dans les années 80 / 90, les jeunes se tournaient massivement vers les groupes et chansons britanniques ou américains… Quelques groupes et chanteurs français sortaient du lot, tel Téléphone, Indochine ou encore Goldman. Mais l’actualité se passait surtout ailleurs, on se devait d’écouter les chansons en langue anglaise. Le français, c’était ringard.

Dans ce contexte arriva la Loi Toubon (ou Tasca-Toubon) en 1994 qui voulut pallier cette tendance. Cette loi installa des quotas minimums de diffusion de chanson française (40% dans les radios diffusant des musiques actuelles) sur les radios pour éviter la disparition de la chanson française. C’était une forme de protectionnisme linguistique, qui s’inscrivait dans la continuité de la notion « d’exception culturelle » (i.e. la culture n’est pas un bien comme les autres). De nombreuses voix s’élevèrent pour se moquer de M. Allgood (M. Toubon) et critiquer le bien-fondé de cette loi. Certaines lois étaient peut-être peu efficaces (on moquait la francisation de certains termes, comme vacancettes pour remplacer weekend), mais 25 ans après, on peut affirmer que l’histoire lui a donné raison sur les quotas. Essayons de comprendre ce qui s’est passé.

EDUCATION FIRST, puissant lobby anglophile

5 (100%) 3 vote[s]

 

                                   Tous les ans, un peu avant la rentrée scolaire de septembre, avez-vous remarqué comme les médias s’en donnent à cœur joie pour critiquer l’Ecole ? C’est l’occasion de mettre en valeur les évaluations PISA (Programme International pour le Suivi des Acquis), toujours plus déprimants à les lire. Bien sûr, on passera sous silence que la France reste dans la moyenne des pays évalués. Pourtant, contrairement à la plupart des autres pays de l’OCDE par exemple, même les plus touchés par la crise de 2008, les conditions de travail s’y sont dégradées et sont parmi les pires : salaires en baisse nette et relative, nombre plus élevé d’élèves par classe, formations continues inexistantes, etc.

                                                                 L’ enseignement des langues n’échappe pas à des comparaisons  forcément désobligeantes : les Français seraient parmi les mauvais élèves de l’Europe. Bien sûr, pas un mot sur le niveau des Anglais (ou des Anglo-saxons en général) en langues étrangères… Implicitement, on les exclut de toute comparaison puisqu’ils sont « en haut de l’échelle » grâce à la puissance de diffusion de leur langue…  Il faudrait un jour s’interroger sur les impacts psychologiques, individuels ou collectifs, qu’une telle hiérarchie implique sur les relations humaines ou inter-étatiques ; mais cela dépasse mon champ de compétences !

                                                                        Parmi toutes les critiques de notre système scolaire, l’une s’invite régulièrement depuis quelques années dans les journaux : les interventions d’une entreprise commerciale, Education First.

SYSTÈME DÉGAGE

5 (100%) 2 vote[s]

                  

                                      

                      Depuis plusieurs semaines, les Algériens manifestent pour réclamer le départ de leur président, M. Boutéflika. Âgé de plus de 82 ans et très affaibli physiquement, ce dernier ose briguer un 5 ième mandat. C’en est évidemment trop pour un peuple et une jeunesse qui étouffent sous les difficultés économiques (même si la situation s’est nettement améliorée depuis 20 ans) et politiques (corruption soutenue dans l’administration, confiscation du pouvoir par une oligarchie étroitement liée aux intérêts de M. Boutéflika).                                   

                        Parmi les slogans que scande la foule des manifestants, l’un d’eux revient régulièrement : Boutéflika Dégage qui s’est transformé rapidement en Système Dégage. Sa notoriété en Algérie et hors de ses frontières sera l’occasion de s’interroger sur la place du français  et  sur ses éventuelles perspectives de développement dans ce pays maghrébin.

Les Gaulois, les Francs et les Vikings

5 (100%) 1 vote[s]

En fait, depuis les Plantagenets qui se déclareront roi de France et roi d’Angleterre (et le seront nominalement jusqu’en 1820 à la mort de Georges III), depuis Aliénor d’Aquitaine, en passant par la période qui débute en 1815, la France est à la remorque de l’Angleterre.

Fachoda, les accords Sykes-Picot : La France n’a plus qu’une semi autonomie diplomatique. Jusqu’à Churchill, proposant l’union des deux pays en 1940 ; sans doute avait-il quelque chose derrière la tête, à savoir absorber l’Empire colonial français dans le Commonwealth.

Journal d’un père de deux francophones défroqués

5 (100%) 1 vote[s]

Comment sortir du cercle infernal de la poétique des ruines ?

 

Cet article est la suite de la problématique évoquée par
Jean-Marc : http://www.lavoixfrancophone.org/forum/viewtopic.php?f=38&t=1019#p1988

Il s’agit du témoignage concret d’un militant de la francophonie confronté au réel linguistique au sein de sa propre famille.

Mon second fils a passé sa première année de l’équivalent L1 en France ; puis la seconde et la troisième année à Oxford (équivalent L2 et L3). Il parle aussi bien anglais que la reine d’Angleterre parle français. Il se rapproche peu à peu, en anglais, de sa diction royale.
Comment un père aurait-il pu refuser à son fils une telle opportunité ?
Retour en France pour le Master 1, semestre 1, avec un cursus entièrement en anglais. Lui aurais-je fait arrêter ses études, coûteuses en argent pour moi, en temps, en énergie, en ingéniosité, pour lui, sous prétexte que la loi Fioraso n’est pas respectée en l’espèce ? En tant que militant de la francophonie, vais-je aller voir le directeur de son école pour me plaindre ? Solliciter une association de défense de la langue française pour ester en justice ? Imaginez la scène.

Les gilets jaunes au lycée, une occasion de parler francophonie

Les gilets jaunes au lycée, une occasion de parler francophonie

5 Déc, 2018

5 (100%) 77 vote[s]

A première vue, il est difficile de voir ce qui peut relier le combats des gilets jaunes au thème de la francophonie. Et pourtant, c’est une occasion intéressante d’en parler. Explications.

Revendications des lycéens gilets jaunes

Le mouvement des « gilets jaunes » est un mouvement qui met en avant de nombreuses revendications, parfois contradictoires. Au lycée, l’inquiétude pour l’avenir est un des moteurs, si bien que des lycéens réclament la suppression de Parcoursup, la plateforme d’accès aux études supérieures, ainsi que la baisse des taxes, en tant que futurs conducteurs et l’abrogation de la réforme du lycée. Autre source de révolte qui m’a interpellé : de nombreux lycéens s’offusquent du projet du gouvernement de vouloir mettre en place des droits d’inscriptions à l’université autour de 3000 euros.

Les rendez-vous manqués du français avec l’histoire – 3 – Le Saint-Laurent et la région des Grands Lacs

5 (100%) 3 vote[s]

1763, date terrible pour l’histoire de la Nouvelle-France puisqu’elle en signe la disparition continentale. Après la guerre de 7 ans, la France négocie pour conserver les îles à sucre (Haïti, Guadeloupe, Martinique) mais cède toute la partie continentale. Elle garde cependant l’île à morues, Saint Pierre-et-Miquelon. A l’époque, l’argent provenant des profits réalisés à Haïti permettait de boucler le budget de l’Etat français. La prospérité amenée par ces îles était considérable. Economiquement, ce n’était pas forcément un mauvais calcul du point de vue de l’époque. On connaît le refrain du Canada, que Rousseau évoque dans Candide en parlant des quelques « arpents de neige » du Canada. On connaît aussi la suite.

Aujourd’hui, on va imaginer les conséquences d’une décision alternative : la France se préoccupe davantage du Nouveau-Monde pendant la guerre de 7 ans ou après. Plusieurs scénarios sont possibles. Bien sûr, on peut affirmer que si l’histoire ne s’est pas déroulée autrement, c’est que ce n’était pas possible, mais parfois l’histoire tient à peu de choses et on va imaginer des petits rouages dans l’histoire telle qu’on la connaît.

Sachons cibler nos priorités !

5 (100%) 2 vote[s]

Le texte qui suit  est une réponse à un article écrit récemment par un   journaliste sénégalais, M. Konate.  Au départ, ce devait être un simple commentaire; son ampleur l’a destiné à devenir un article de ce blogue, rédigé sous forme de missive.

 

Cher Monsieur Konate

                                                     J’ai lu avec beaucoup d’attention votre article   ( https://www.lequotidien.sn/oif-la-francophonie-a-t-elle-un-avenir/ ) sur l’Organisation Internationale de la Francophonie, ses récentes querelles pour l’élection d’une nouvelle dirigeante à sa tête ainsi que votre juste diatribe à l’encontre de ces Français haut placés qui s’acharnent à singer leurs homologues anglo-saxons, jusqu’à oublier leur propre langue. Vous ne mâchez pas vos mots et vous avez raison !

                                                  Il y a vraiment de quoi désespérer du comportement d’une certaine élite française à s’aplatir devant leurs pairs anglo-saxons ! Derrière vos critiques hélas pleinement justifiées, je devine une personne à la fois triste et en colère, presque à la limite du désespoir. Pourtant, je voudrais vous dire : ne vous fixez pas sur ces comportements et portez vos regards en dehors des couloirs feutrés des ambassades, salles de réunion onusiennes et autres endroits fréquentés par la soi-disant « bonne société ». Des motifs d’espoir vous apparaitront bien réels !