Population francophone des Etats et Gouvernements de la Francophonie en Amérique du Nord, Caraïbe, Asie et Océanie

(Publié sur lefrançaisenpartage le 27-01-2011)

Population francophone des États et Gouvernements de la Francophonie en Amérique du Nord, Caraïbe, Asie et Océanie

 

Zone/pays Population en 2010 Francophones Pourcentage Francophones partiels Pourcentage
Amérique et Caraïbe
Amérique du Nord
Canada (total) 31 612 900 9 590 700 30%
Nouveau-Brunswick (Canada) 730 000 313 900 43%
Québec (Canada) 7 546 100 7 028 700 93%
Saint-Pierre-et-Miquelon (France) 6000 6000 100%
Caraïbe
Dominique 67 000 1500 2% 5000 7,5%
Guadeloupe (France) 467 000 374 500 80% 69 600 15%
Martinique (France) 406 000 324 800 80% 62 900 15,5%
Haïti 10 188 000 1 222 600 12% 3 056 400 30%
Sainte-Lucie 174 000 3 000 2%
Asie et Océanie
Asie centrale
Arménie 3 090 000 20 000 0,6% 180 000 6%
Géorgie 4 219 000 ND
Extrême-Orient
Cambodge 15 053 000 406 400 3%
Laos 6 436 000 173 800 3%
Thaïlande 68 139 000 562 000 0,8%
Vietnam 89 029 000 623 200 0,7%
Océanie
Nouvelle-Calédonie (France) 254 000 203 200 80% 25 400 10%
Polynésie française 272 000 217 600 80% 27 200 10%
Vanuatu 246 000 110 700 45%
Wallis-et-Futuna (France) 15 000 15 000 100%

 

Population francophone des Etats et Gouvernements de la Francophonie en Afrique, Moyen-Orient et Océan Indien

(Publié sur lefrançaisenpartage le 16-01-2011)

Population francophone des États et Gouvernements de la Francophonie en Afrique, Moyen-Orient et Océan Indien

Zone/pays Population en 2010 Francophones Pourcentage Francophones partiels Pourcentage
                                                  Afrique du Nord et Moyen-Orient
Afrique du Nord et Moyen-Orient
Tunisie 10 374 000 6 639 000 64%
Moyen-Orient
Egypte 84 474 000 300 000 0,4% 2 500 000 3%
Liban 4 255 000 765 900 18% 851 000 20%
Afrique subsaharienne et Océan Indien
Afrique subsaharienne
Burundi 8 519 000 425 900 5% 255 600 3%
Cap-Vert 513 000 18 000 3,5% 30 000 6%
Djibouti 879 000 439 500 50%
Ghana 24 333 000 1 000 000 4% 331 200 1%
Guinée-Bissau 1 647 000 82 300 5% 164 700 10%
Guinée équatoriale 693 000 50 000 7% 150 000 22%
Mozambique 23 406 000 70 000 0.3%
São Tomé et Principe 165 000 33 000 20% 74 200 45%
Océan Indien
Mayotte (France) 199 000 59 700 30% 139 300 70%
La Réunion (France) 837 000 664 600 79% 126 400 15%
Madagascar 20 146 000 1 007 300 5% 3 021 900 15%
Maurice 1 297 000 194 500 15% 748 400 58%
Seychelles 85 000 25 500 30% 59 500 70%

 

Statistiques 2010 sur les individus sachant lire et écrire le français en Afrique

(publié sur lefrançaisenpartage le 02-01-2011)

Voici un extrait des statistiques du rapport : la langue française dans le monde 2010, le rapport de l’OIF. On y trouve plusieurs tableaux selon le mode de décompte. Pour certains pays, l’estimation du nombre de francophones a été retenue selon le critère d’alphabétisation. Est francophone quelqu’un qui sait lire et écrire le français. C’est ce tableau que je reproduis ici. Vous pouvez le recopier et l’utiliser autant que vous le désirez, en ce qui me concerne.

Cela nous donne donc une image imparfaite du francophone en tant que locuteur mais nous aide néanmoins à nous faire une idée. Ainsi, pour la Côte d’Ivoire (ou pour d’autres pays), il faudrait gonfler le nombre de francophones si l’on considère le nombre de personnes qui parlent le français (presque 90%).

Le français en Guyane française

(Article publié sur lefrançaisenpartage le 11-11-2010)

Il est parfois difficile de savoir ce qu’il en est en Guyane française par rapport aux langues. En tant qu’ancien résident, je peux cependant apporter quelques précisions.

De nombreuses langues y cohabitent : créole, taki-taki (sur le fleuve Maroni, là où j’étais), langues amérindiennes, langue hmong, brésilien, français. Ca c’est ce que l’on peut lire. Mais quelle est leur utilisation réelle ?

Le français est-il donc une langue comme les autres, seulement comprise par quelques fonctionnaires blancs ?

Non, pas du tout, c’est une langue comprise de la majorité des habitants qui y habitent depuis suffisament longtemps (plus de 10 ans ; il faut savoir que la Guyane accueille de nombreux immigrés, sans commune mesure avec la France ou certains états des Etats-Unis). Presque tous les jeunes sont scolarisés même s’il y a une bonne dose d’absentéisme parfois (10 à 20 % dans les classes que j’ai eues dans ma brève expérience de professeur !).

Les francophones des Etats-Unis : Louisiane et Francos

(Publié sur lefrançaisenpartage le 05-07-2010)

Outre la présence francophone bien connue en Louisiane (environ 7% y parlent le français dont environ 5% le pratiquent à la maison), il en existe une beaucoup moins connue dans certains états du nord-est des Etats-Unis : Maine, Vermont, New-Hampshire notamment. Ces francophones sont communément appelés les Francos.

Cette dernière présence est essentiellement le fruit de la migration d’envrion 1 million de québecois en Nouvelle-Angleterre (côte est des Etats-Unis) lors de la fin du XIXe et lors du XXe siècle, à la recherche de travail, notamment dans le textile. Parmi ces « Franco-amércains », beaucoup se sont intégré en adoptant la langue anglaise et en francisant leur nom, sous le pression des anglophones et parfois du Ku Klux Klan (dans le Maine!). Les Mr Welcome aux Etats-Unis sont bien souvent des francophones qui ont traduit leur nom de famille « Bienvenue » en anglais pour passer inaperçu. La présence francophone était moins bien vue à l’époque que maintenant. Aujourd’hui, beaucoup d’Américains redécouvrent leurs racines franco-canadiennes par la généalogie et certains refrancisent même leur nom, paraît-il.

Vers une scission de la Belgique ?

(Publié le 14-06-2010 sur lefrançaisenpartage)

J’essaie de suivre de près l’évolution (politique surtout, et par ricochet, un peu linguistique) en Belgique, et je vais essayer de démêler un peu tout ce qui se dit.

Résultats des élections

Tout d’abord, ce qui se constate, c’est la victoire dans la partie flamande d’un homme qui incarne un désir d’indépendance de la Flandre, Bart de Wever. Avec environ 30% de voix dans la partie flamande, son parti arrive en tête en Flandre. Du côté wallon, c’est le parti socialiste d’Elio di Rupo qui arrive en tête. Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que pour faire un gouvernement, il faut une majorité et qu’en Belgique, les partis politiques se déclinent par appartenance linguistique puis (ou avant; comme on veut) en appartenance politique. Pour faire une coalition, c’est donc un peu complexe pour avoir un peu de cohérence, surtout quand il y a des autonomistes, ou régionaliste (ou ce que l’on veut…) d’un côté, dont on ne retrouve pas le pendant de l’autre côté. Car les wallons sont moins enclins à demander l’indépendance car le statut quo linguistique est en leur faveur (c’est mon analyse, que l’on peut retrouver ici).

Analyse des résultats

Une fois le contexte rappelé, essayons de répondre à la question titre. Ce qu’il faut bien voir, c’est que Bart de Wever, même s’il représente 30 % des électeurs de Flandre, est loin de représenter la majorité des belges car, la Flandre n’étant pas pourvue d’un gouvernement autonome, ne peut déclarer son indépendance (dans la logique institutionnelle) sans l’accord des francophones, à moins de rassembler quasiment 100 % des flamands derrière lui.

  Il y a 1 commentaire sur le forum.