Evasion musicale

Brexit, élection de Donald Trump, terrorisme et sécurité à la une, multiplication des candidats aux programme parfois déconcertants, arrivée d’animateur à la réputation douteuse, qui à défaut de faire arriver de nouveaux téléspectateurs, a réussi à faire partir de nombreux journalistes attachés à certains principes…Vous avez parfois l’impression que l’information sensationnelle remplace l’information tout court et que l’opinion publique gouverne en lieu et place de la raison publique. Il y a parfois de quoi être perplexe.

D’ailleurs, pour approfondir cette arrivée de Morandini, elle va s’accompagner d’une anglicisation du nom de la chaîne de télé qui passe de « I Télé » à « CNews »… n’y voyez aucun lien, ou si : celui de l’affirmation de la possession de l’argent comme justification de tout. J’ai de l’argent, je fais ce que je veux et je n’ai pas de compte à rendre. Est-ce que l’anglicisation du nom n’est pas ici synonyme de l’effacement d’un esprit de travail familial dans la confiance vers quelque chose de plus impersonnel et anonyme ? La langue française nous est en effet plus proche et c’est comme si l’anglais servait à mettre une distance, et au final une sorte de mépris (on va vous servir du sensationnel avec un animateur poursuivi pour « corruption de mineur » après avoir créé le trouble chez les autres journalistes ; c’est quand même donner une caution à ce genre de comportement que de l’embaucher avant que son dossier ait été traité par la justice). Est-ce que la décence de M. Morandini n’aurait pas été de décliner ce poste, ou à tout le moins de s’excuser pour certains agissements ? A ce propos, rappelez-vous de la campagne du Brexit dans laquelle des candidats ont avancé des arguments (qu’ils récupèreraient les transferts d’argent vers l’Europe, supposément 350 millions de livres, pour les réinvestir dans la sécurité sociale), mesure qu’ils (Nigel Farage) ont annoncé comme impossible à tenir une fois la victoire obtenue. Aucune poursuite ni aucune excuse pour tous ces mensonges et affirmations erronés, on les laisse continuer leur vie politique. Idem pour Donald Trump qui a insulté à peu près tous ses adversaires (« comme voulez-vous qu’elle (Hillary Clinton) satisfasse le pays si elle n’arrive même pas à satisfaire son mari ? ». Je vous épargne ses remarques sur celles qui l’accusent de harcèlement sexuel, qui lui ont permis de faire la une des médias. Ça me rappelle les Georges Bush et Tony Blair qui parlaient d’armes de destruction massive en Irak en sachant pertinemment qu’il n’y en avait pas. Ils devraient être jugés devant un tribunal international pour crimes de guerre, mais ils vont bien. « Y’a des tonnes de types qu’ont rien à faire en prison / Trop d’escrocs cravatés qui nous prennent pour des cons » : c’est l’occasion de vous parler d’Anis

Anis – Rodéo Boulevard

 

anisJ’écoutais tout à fait par hasard une chanson d’Anis qui résonnait particulièrement dans ce contexte ; elle évoque la France dans toute sa diversité et met en avant la perplexité face à l’absurdité de notre monde ; lui se réfugie dans la musique… festive ! Extrait amusant (qui prend davantage son sens quand on écoute Anis le chanter) de sa chanson Rodéo Boulevard qui reprend ce que je disais plus haut :

Y’a pas de sous-métier, y’en a quand même de très mal payés
L’insécurité est une grande vedette de la télé
Y’a des tonnes de types qu’ont rien à faire en prison
Trop d’escrocs cravatés qui nous prennent pour des cons
Je m’suis perdu dans la foule et réfugié dans le son
Ma schnouf, ma came, ma plus saine addiction

Écoutez et régalez-vous : cela effleure des sujets graves de façon tout à fait légère. C’est l’occasion de découvrir un artiste trop méconnu si vous aimez bien le jazz et le swing. D’ailleurs, je ne comprends pas qu’il ne soit pas davantage connu, il devrait être parmi les têtes d’affiche de la chanson française, ce qu’il fait est créatif, original et de qualité. Les circuits de distribution ne mouillent peut-être pas assez la chemise pour les artistes qui le mériteraient, ça pose quand même question quand on entend ce qui passé sur certaines radios. Surtout que c’est un vrai antidote à la sinistrose, ça devrait être en téléchargement gratuit depuis le site de la sécurité sociale pour faire baisser la prise d’anti-dépresseurs en France (on est parmi les premiers consommateurs au monde, quand même !).

A découvrir aussi sa chanson Cergy, regard tendre sur sa « sweet banlieue pourrie ».

Tom Frager – Lady Melody

 

Dans un style plus intime, Tom Frager nous a également parlé de son évasion dans la musique lors des moments difficiles, grâce à sa chanson Lady Melody que j’ai envie de partager avec vous. Là, c’est toute sa chanson qui est consacré à ce thème.

 

J’me laisse aller souvent
C’est vrai, j’attends
Que passe le mauvais temps
Et qu’on fasse comme avant
J’suis pas certain d’avoir trouvé ma place
J’suis pas certain mais pour éviter la casse
J’ai trouvé ma p’tite lady, melody, oh oh oh oh oh

Elle est dans ma tête
Elle ne m’abandonne jamais
Je la trouve encore plus belle, quand elle s’habille en reggae
Elle me suit, à chaque voyage loin d’ici
Elle est, ma lady melody

Ma p’tite lady
Elle est ce qui me reste
Quand j’ai déjà tout essayé
Elle chante quand la vie me blesse
Et je chante à ses côtés
Dans les orages, les tempêtes
Jamais elle ne m’a quitté quand je m’arrête
D’avancer, j’ai trouvé
Elle est le soleil que j’attendais

Elle est dans ma tête
Elle ne m’abandonne jamais
Je la trouve encore plus belle quand elle s’habille en reggae
Elle me suit, à chaque voyage loin d’ici
Elle est, ma lady melody

Avec elle je fly away
Tu vois comme un oiseau là-haut je fly away
Quand j’entends sa melody je fly away
Il n’y a quelle qui me comprenne je fly away
Elle me donne le fire et je fly away
J’évite les failles de la vie et je fly away
Tu vois comme un oiseau, là-haut je fly away
Comme un oiseau qui plane et je fly là-haut, tout là-haut

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  Il y a 1 commentaire sur le forum.