Exercice de prospective linguistique : quelles langues véhiculaires à l’avenir ?

(publié sur lefrançaisenpartage le 04-10-2010)

La réponse est un peu dans le pluriel du titre : il n’y aura certainement pas une langue véhiculaire (l’anglais actuellement) mais des langues véhiculaires.

Bref rappel

L’apogée d’une langue, ce n’est pas lorsque le nombre de locuteurs est au maximum, mais lorsque la perception de l’utilité d’une langue est au maximum. Des signes montrent le déclin futur d’une langue avant même que celle-ci décline. Le français a été la lingua franca d’une bonne partie du monde longtemps (du XVIIe siècle au XXe siècle, son recul face à l’anglais fût entériné par deux guerres mondiales qui ont laissé la France exsangue). Mais déjà au XIXe siècle, lorsqu’il paraissait naturel aux élites de toute l’Europe de parler français, l’Anglais pouvait compter sur les Etats-Unis pour assurer une expansion du nombre de ses locuteurs. Les germes du déclin (relatif) du français était semé. Comme le disait l’autre, ce n’est pas que le français ne progresse plus, c’est que l’anglais progresse plus vite que lui. Lorsque l’on parle de déclin du français, en effet, il faut parler de déclin en tant que langue d’usage au niveau des parutions scientifiques, au niveau de son utilisation dans les institutions internationales.

L’avenir des langues n’est pas tracé et on peut déjà deviner un remodelage de la cartographie linguistique internationale, sans être particulièrement devin. J’ai déjà parlé du rôle prééminent que joueront certainement les pays africains dans le maintien d’une certaine importance du français si la dynamique actuelle se poursuit. Tout le monde commence à entendre parler de la Chine en tant que nouvelle grande puissance mondiale. Mais d’autres langues sont amenées à émerger. On peut imaginer que des langues vont s’imposer à des niveaux continentaux, ce qui ne sera pas forcément au détriment de langues locales (même s’il y aura influence) mais se superposera.

Des langues pour des continents

Ainsi, on peut imaginer que le mandarin va s’ajouter ou remplacer l’anglais dans un avenir assez proche en Asie du Sud-Est. Je ne crois pas à une influence aussi importante du portugais / brésilien si ce n’est dans le cadre d’une complémentarité au niveau des pays de l’Amérique Latine. Ainsi on peut imaginer que de nombreux brésiliens apprendront l’espagnol (et l’anglais) et que dans de nombreux pays hispanophones, le parcours scolaire privilégiera le portugais.

L’arabe est et restera une langue véhiculaire dans la péninsule arabique et dans une partie de l’Afrique je pense mais je n’ai pas une connaissance suffisante pour comprendre tous les enjeux liés à cette langue. L’arabe est en effet une langue d’union entre de nombreux pays mais au sein de ces pays, des « créoles », si j’ose le mot, ont vu le jour. Ainsi, en Algérie, ceux qui parlent le darija ne comprennent pas forcément aisément l’arabe classique même si les langues sont de la même famille. Alors peut-on faire une comparaison avec le français et l’espagnol ou est-ce plus proche (et plus facile de se comprendre) comme le français parlé à Paris et à Montréal ? Je vous laisse le soin de vous renseigner.

L’anglais est pour l’instant la langue véhiculaire (et d’usage quotidien de l’essentiel) de l’Amérique du Nord, de l’Australie et Nouvelle-Zélande et le restera. C’est aussi la langue qui tend à s’imposer en Europe au niveau de l’apprentissage scolaire et des institutions. Nous sommes dans cette zone d’influence en France. Par contre, si l’on va dans des pays francophones d’Afrique, le français est une langue véhiculaire et est donc perçu comme langue indispensable par une grande partie de la population et l’apprentissage de l’anglais est quelque chose de beaucoup moins immédiatement utile mis à part pour des élites cherchant à maîtriser plusieurs langues internationales dans le cadre de leur travail.

Je ne sais pas si la prédominance de l’anglais durera (pour l’instant, c’est bien parti pour) si les germanophones décide de passer de l’anglais à l’allemand dans les institutions européennes (l’allemand est une des trois langues officielles mais a un poids inversement important de la démographie linguistique). On voit des frémissements dans ce sens, reste à voir si cela va prendre de l’ampleur. L’anglais est la langue de le production scientifique, mais je pense que ce domaine tendra à se recentrer sur un ensemble plus restreints de pays (voir les pillages scientifique donc économique préjudiciables aux pays qui publient en anglais). L’anglais est aussi la langue d’apprentissage scolaire de nombreux pays du monde et c’est dans ce cercle là que l’anglais aura tendance à s’effacer au profit d’autres langues (chinois, hindi, espagnol, portugais, arabe)

Le français, quant à lui, pourrait être la langue véhiculaire (pas maternelle) non pas de l’Europe, mais de l’Europe du Sud, et ainsi de la méditerranée jusqu’à l’Afrique. Cela semble probable pour une bonne partie de l’Afrique, un peu moins en ce qui concerne la Méditerranée pour l’instant, faute de volonté politique. Cela redéfinirait le français comme langue d’un ensemble continental continu mais non plus international. Je pense que c’est ce qui est le plus probable.

Dans de nombreux cas, le français restera une langue seconde privilégiée dans de nombreux pays d’Afrique sans devenir langue maternelle (en tout cas dans un premier temps). Cependant, comme je l’ai déjà dit, dans certains pays (Gabon, Côte d’Ivoire, Congo par exemple), le français devient parfois langue maternelle en tant que langue d’union entre personnes parlant des langues différentes mais partageant le français. Dans ces cas là, je pense que l’on assistera à une créolisation ou une assimilation locale du français qui créera des pôles d’expression francophone autonome. Il ne peut en être autrement de toute façon, à partir du moment où des populations francophones ne vivent pas dans le même ensemble géographique que les francophones de France et ne partagent pas les mêmes média, etc… Cependant, on gardera une inter-compréhension comme les Indiens parlant anglais en Inde (avec le Hinglish, contraction de Hindi et English). Reste les cas de la Guyane française et des antilles, du Québec, de la Réunion, ensembles francophones dans des espaces majoritairement non-francophones : la langue d’apprentissage privilégiée sera bien sûr liée au voisinage : brésilien pour la Guyane, anglais pour le Québec, par exemple.

Certains analystes parlent du Russe : celui-ci reviendrait dans le cadre de son ancienne zone d’influence. Peut-être. En tout cas en Europe, car déjà dans l’extrême orient de son territoire, des chinois s’installent et constituent des majorités.

Déjà on parle également du malais… Affaire à suivre.

 

En Afrique

La langue étant un outil qui sert à l’inter-compréhension, il apparaît logique qu’un espace homogène d’échanges commerciaux fasse se répandre une langue facilitant l’inter-compréhension. Ainsi l’expansion du swahili a-t-elle suivi l’expansion des marchands (et de l’islam), il en est de même pour l’anglais et le français lors d’entreprises commerciales qui sont devenues des entreprises coloniales. C’est pourquoi en Afrique, des langues sont amenées à avoir également des rôles d’importance dans des espaces régionaux : swahili, wolof et lingala par exemple. En effet, l’intégration régionale va parfois de paire avec une homogénéisation linguistique. Si on pouvait vivre dans un espace grand comme un canton toute sa vie sans influences extérieures, des particularismes émergeait, mais si cet espace entre dans une relation d’inter-dépendances avec d’autres espaces, alors il apparaît probable qu’il s’ensuivra une homogénéisation des modes de vie, culture, etc… entre ces espaces. L’agrandissement des espaces de vie amènera donc une expansion de certaines langues au détriment d’autres.

N’hésitez pas à me faire part de vos impressions en vous adressant directement à moi ou en laissant un commentaire.

Pour aller plus loin :

– un article de leap2020 sur le nouvel équilibre des langues en 2020, lien envoyé par un correspondant.

– une étude assez longue, chiffrée et complète.

– enfin un autre article de prospective en anglais très intéressant, qui donne les grandes lignes de ce que pourraient être les langues importantes de demain.

– un article très intéressant sur le français langue européenne unique… je vous laisse découvrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Il y a 1 commentaire sur le forum.