My Best Orne...

Pour signaler les excès dans l'utilisation de l'anglais là où le français est langue officielle (France, Europe...) ou simplement faire part d'observations face à son utilisation abusive.

Modérateurs: Michel, Marc Beaufrère, Varlet

My Best Orne...

Messagepar Marc Beaufrère » Lun 07 Avr 2014, 17:09

Une campagne de promotion du département de l'Orne : "My Best Orne toujours là pour moi!" ("pour les mini-breaks et les week-ends"!!)
Que dire... je suis sans voix... :o
L'objet du délit...: My Best Orne toujours là pour moi
Enfin, consolons-nous en nous disant que l'Orne, c'est aussi le département du Musée de l'émigration française au Canada, à Tourouvre.
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey
Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
 
Messages: 433
Inscription: Lun 07 Jan 2013, 13:54
Localisation: Carrouges (Orne)

Re: My Best Orne...

Messagepar Michel » Ven 11 Avr 2014, 09:36

-
Je passe sur le contenu "terroir" de la vidéo...
Avec ce titre "My Best Orne" et d'autres (signalés dans un article précédent : http://www.lavoixfrancophone.org/forum/viewtopic.php?f=10&t=302),
je me demande, d'un point de vue linguistique strict, quelle est la cible recherchée par les publicitaires.
Il ne peut s'agir des francophones strictement unilingues. Ils ont la particularité de présenter un niveau économique généralement sans intérêt pour leurs commanditaires ; de plus ils peuvent se trouver irrités par cette macédoine linguistique dont ils ne comprennent pas l'intérêt.Ou alors ce genre de message les renvoie à leur ignorance première et leur fait dire : « c'est trop compliqué pour moi, donc ce n'est pas pour moi ».
La cible doit donc être les personnes éduquées, autrement dit celles qui ont eu un minimum d'années en anglais pendant leur scolarité ; suffisamment, en tout cas, pour qu'elles soient en mesure de saisir les calembours linguistiques qu'on leur propose.
Par définition les personnes éduquées ont acquis un capital d'abord culturel, puis éventuellement économique (si elles ont choisi un métier dit lucratif).
En ce qui concerne les personnes dotées d'un capital économique, les jeux de mots à cheval sur deux langues peuvent divertir jusqu'à un certain point ; celles qui sont dotées d'un capital économique élevé ont dû, d'une façon ou d'une autre, se frotter à la langue anglaise pendant leur parcours professionnel. Elles ont donc vu rapidement les limites des mélanges linguistiques : on ne peut pas combiner deux langues en même temps à l'intérieur d'une même phrase sans risque de confusion. Ces appels du pied, ces clins d'œil en direction d'une population modérément ou pleinement bilingue doit fatiguer à la longue. La cible n'est donc pas atteinte.
En ce qui concerne les personnes dotées d'un capital culturel, mais sans capital économique considérable (deux exemples au hasard : bibliothécaire ou agent de développement local), elles ont forcément un niveau de langue consistant et ne peuvent qu'être insensibles à ce genre de message.
Les publicitaires et, avec eux, leurs commanditaires, seraient-ils à ce point aveugles ?
Trois hypothèses :
1/ Incompétence des rédacteurs publicitaires, ou des commanditaires, ou des deux.
2/ Les rédacteurs publicitaires eux-mêmes ont-ils abusé leurs commanditaires, eux-mêmes peu versés dans ces subtilités linguistiques ?
3/ À moins que ce ne soit simplement un effet d'inertie, une habitude qui induit des comportements résignés. Regardez le phénomène des "happy days" qui se répand dans les villes de France : beaucoup de jeunes et de moins jeunes y participent ; personne n'y voit malice. Nous sommes loin des réflexes québécois qui auraient baptisé cette mode naturellement : « les jours heureux ».
Lao-Tseu, repris par Lénine, puis par Churchill : Là où il y a une volonté, il y a un chemin.
Michel Godet : La bonne prévision n'est pas celle qui se réalise mais celle qui conduit à l'action pour, éventuellement, empêcher qu'elle ne se réalise.
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 362
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 16:09

Re: My Best Orne...

Messagepar Marc Beaufrère » Sam 08 Aoû 2015, 10:49

Après "My Best Orne" ("pour les mini breaks et les weekends"), voici Orne the Road (jeu de mot avec On the Road) ; on n'arrête pas le progrès dans l'Orne.

Bientôt "Orne your right", "Orne more time", "Orne upon a time" (pour valoriser les légendes ornaises) ... ??

Image

Image
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey
Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
 
Messages: 433
Inscription: Lun 07 Jan 2013, 13:54
Localisation: Carrouges (Orne)


Retourner vers Anglomanie

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron