Homophonies 2 : Queneau et ses "petits textes"

Espace ludique et linguistique.

Modérateurs: Michel, Marc Beaufrère, Varlet

Homophonies 2 : Queneau et ses "petits textes"

Messagepar Varlet » Dim 19 Avr 2015, 20:22

Queneau est un célèbre poète et romancier français du XX ième siècle. Certaines de ses œuvres font partie des classiques que nombre d' écoliers français étudient au cours de leur scolarité. Exercices de styles est l'une de ses œuvres les plus connues ; il y décrit, de 99 styles d'écriture différents, une banale situation dans un bus.
Le suffixe -cule qualifiant en français ce qui est petit – monticule, corpuscule, minuscule, ventricule,...-, cet écrivain s'est aussi amusé à écrire des « texticules ». « Texticule », pur néologisme créé par Queneau, désigne par extension des petits textes. Pour plus de détails, je vous renvoie au blogue suivant :
http://www.marieannechabin.fr/tag/queneau/

Aimant jouer avec les mots, Queneau s'est évidemment intéressé aux homophones qu'il a malicieusement placés dans certains de ses « petits textes »

Voici quelques « texticules » qui réunissent des homophones.

Pour les francophones non français, je mets entre parenthèses les mots sous-entendus ainsi que l'explication de quelques expressions peut-être difficilement compréhensibles.


Peu d'hommes sont des saints, toutes les femmes en ont. ( seins )

Le lait dans le pot s'en couvre d'une. ( peau )

A la tour de Pise, nous allâmes en faire un. ( faire un tour : se promener )

Au fond du vase, on en apercevait . (de la vase )

En somme, il en fit un non loin de sa préfecture. ( en somme : finalement / faire un somme : dormir )

Un sot qui en porte un se dirige vers son parc. ( un seau )

Vêtue de crêpe, elle en fit sauter une. ( le crêpe : tissu de soie ou à l'aspect ondulé ≠ une crêpe )

Sur les joues du mousse, le blaireau en déposait. ( le mousse : apprenti marin /blaireau:gros pinceau pour
savonner la barbe / la mousse )

Devant le phare, timide, il en pique un . ( piquer un fard : rougir )

Retirant son voile, elle les mit. ( un voile : tissu qui cache une partie du visage/ mettre les voiles :
s'enfuir )

Sous le pin, l'enfant le mangeait beurré. (pin : arbre à aiguilles longues / pain )

Dans la bière, il en versait. ( bière : boisson ou cercueil ! )

Jésus dit à Pierre : tu en es une.

Le cygne en fit un. ( signe )

Découvrant le lit vide, il le devint . ( devenir livide : pâlir )
Varlet
 
Messages: 161
Inscription: Jeu 10 Jan 2013, 12:51
Localisation: Chantraine ( Vosges )

Retourner vers Digressions linguistiques

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron