Pétition pour le français

Propositions (de votre cru, ou de personnalités avec source) qui serviront de base documentaire pour tous.

Modérateurs : Michel, Varlet, Marc Beaufrère

Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
Messages : 521
Inscription : lun. 07 janv. 2013, 13:54
Localisation : Carrouges (Orne)
Contact :

Pétition pour le français

Message par Marc Beaufrère » jeu. 15 nov. 2018, 14:36

Cela prend une minute, faîtes votre part ! (507 signatures ce 15 novembre)
Restaurer le rayonnement de la langue française
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey

Avatar de l’utilisateur
Michel
Messages : 389
Inscription : sam. 26 janv. 2013, 16:09
Contact :

Re: Pétition pour le français

Message par Michel » lun. 19 nov. 2018, 23:16

-
Ce texte est glaçant.

Je retombe dans le monde des développeurs à raison de ma nouvelle activité que j’avais abandonnée en 2003, année d’obtention de ma maîtrise de chef de projet Internet.
Je suis effaré de voir qu’en à peine 15 ans une grande partie du lexique, (peut-être un tiers au niveau des mots clés dans un texte) les noms, les adjectifs (dérivés des verbes le plus souvent), les verbes, ont été remplacés. Ce mouvement d’ampleur ne touche pas encore la syntaxe. « Ne touchez pas à la syntaxe ! » disait Victor Hugo, grand maître des licences poétiques, mais jusqu’à un certain point.
Il ne touche pas le vocabulaire courant, les expressions idiomatiques, imagées, familières ou même argotiques que les geeks ne sont pas évidemment capables de transposer dans la langue de Shakespeare. Toutes ces tournures qu'ils sont bien contents d’utiliser dans un but rhétorique, c’est à dire pour vendre davantage.

À ce rythme, s’il est exponentiel, la totalité des informaticiens d’ici 5 à 10 ans parlera exclusivement anglais ; ce sera la langue de travail, la lingua franca. Et les informaticiens français qui ne sont pas des locuteurs natifs (à 95 % ou plus), se feront supplanter par des anglophones. Comme la demande sera très forte, les entreprises françaises recruteront alors des personnels en moyenne moins compétents.

Le réseau des sous traitants africains actuels (Madagascar, Tunisie, Sénégal en particulier, pour la rédaction web, la production de feuilles de code) sera asséché au profit des Africains du Nigéria, de la Gambie, de la Tanzanie etc.
Le contournement de la francophonie de France par l’Afrique anglophone se poursuivra. En effet, dit ce texte : « Imagine-t-on les Africains longtemps pratiquer une langue reniée par son principal représentant ? « .
Puis les les centres d’appel seront anglophonisés, inaccessibles donc à la France dite d’en bas.
La séparation sera alors totale entre la France périphérique (pour faire court) et la France d’en haut avec ses locuteurs plus ou moins anglophones.

Et puis …

Quelqu’un a une solution ?
Lao-Tseu, repris par Lénine, puis par Churchill : Là où il y a une volonté, il y a un chemin.
Michel Godet : La bonne prévision n'est pas celle qui se réalise mais celle qui conduit à l'action pour, éventuellement, empêcher qu'elle ne se réalise.

Répondre

Revenir à « Initiatives »