Marc RP32 : Le français au Royaume-Uni, raisons d'un déclin

Tous pays dans et hors UE

Modérateurs : Michel, Varlet, Marc Beaufrère

Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
Messages : 518
Inscription : lun. 07 janv. 2013, 13:54
Localisation : Carrouges (Orne)
Contact :

Marc RP32 : Le français au Royaume-Uni, raisons d'un déclin

Message par Marc Beaufrère » dim. 24 janv. 2016, 14:13

Pour ceux qui lisent dans la langue de David Bowie, voici un article sur la situation du français au Royaume-Uni : The long adieu: how Britain gave up learning French (le long adieu : comment La Grande-Bretagne a abandonné l'apprentissage du français)

L'auteur déplore qu'à l'heure d'un monde cosmopolite et de diversité culturelle, les britanniques aient abandonné l'apprentissage des langues, et plus particulièrement du français. Plusieurs raisons sont avancées : il n'existe plus d'épreuve de langue obligatoire au GCSE (équivalent du bac), les britanniques ne ressentent pas le besoin de connaître une autre langue que la leur et la curiosité n'est pas au rendez-vous.

De son côté, l'auteur avance des arguments en faveur de l'apprentissage du français : c'est le voisin le plus proche, le français a longtemps été utilisé au Parlement et était la seule langue sur les passeports anglais jusqu'en 1858.

Quelques chiffres :
Le nombre de candidats choisissant le français au GCSe : 13 907 en 2010, 10 328 en 2015. Aux États-Unis, les inscriptions en fac de français ont baissé d'un quart. Pour l'auteur, le français prend le chemin d'une disparition du monde anglophone. Cela rejoint mes prédictions (sauf pour le Royaume-Uni) : le français était la langue d'importance au moment de la colonisation britannique du monde. C'est donc ce modèle qui a été repris dans les colonies. Mais quel est aujourd'hui l'intérêt du français en Californie ou en Australie, comparé à l'espagnol ou au chinois ? Les habitudes prennent du temps à changer, mais ce mouvement me paraît naturel, tant que l'Afrique (si elle le fait un jour, mais je pense que ce sera le cas) ne prend pas la relève de la langue française, comme l'Amérique latine le fait pour l'Espagnol, ou le Brésil pour le portugais.

L'auteur met également en avant le fait que l'ignorance des langues des partenaires européens ne peut aider le sentiment d'adhésion à l'Europe. Il souligne que ce sont souvent des bilingues, à cheval sur deux cultures, sur deux pays, qui ont façonné l'Europe. Il cite Konrad Adenaeur et Robert Schumann, entre autres. De plus, les britanniques se rendent comptent que beaucoup de choses qui les concernent se passent en Allemagne et en France, alors qu'ils sont habitués à l'hégémonie américaine. Tous ces arguments plaident pour une meilleure connaissance de la langue de leurs voisins.
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey

Italien
Messages : 95
Inscription : ven. 11 avr. 2014, 01:30

Re: Marc RP32 : Le français au Royaume-Uni, raisons d'un déc

Message par Italien » lun. 08 févr. 2016, 20:58

Marc Beaufrère a écrit : Les habitudes prennent du temps à changer, mais ce mouvement me paraît naturel, tant que l'Afrique (si elle le fait un jour, mais je pense que ce sera le cas) ne prend pas la relève de la langue française, comme l'Amérique latine le fait pour l'Espagnol, ou le Brésil pour le portugais.
Bonjour Marc quelles sont les raisons qui vous font penser cela ?
Pour l'instant il y a bcp d'incertitudes la dessous. J’espère évidemment que ce soit le cas !!!

Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
Messages : 518
Inscription : lun. 07 janv. 2013, 13:54
Localisation : Carrouges (Orne)
Contact :

Re: Marc RP32 : Le français au Royaume-Uni, raisons d'un déc

Message par Marc Beaufrère » mar. 09 févr. 2016, 12:00

Les raisons, ce sont les lois de la socio-linguistique et les données du terrain. Raisons que j'ai déjà exposé à plusieurs reprises, mais je peux le refaire encore une fois.

Pour commencer, je vous renvoie vers mes articles sous la catégorie "analyse socio-linguistique". Pour résumer : vous avez un ensemble continu de pays dont la superficie fait celle de l'Union Européenne, avec une langue commune, même si elle n'est pas parlée par l'ensemble de la population, langue commune qui est nécessaire pour être scolarisé, pour accéder à la fonction publique, pour passer d'un pays à l'autre, faire du commerce. L'utilité est donc grande, et pour monter dans la hiérarchie, sa maîtrise est indispensable.

Ensuite, le nombre de francophones en Afrique est déjà important, ce n'est pas juste la langue d'une élite comme il y a 50 ans. Je vous invite à vous renseigner. On parle du Nouchi d'Abidjan sur notre site, langue de Côte d'Ivoire qui serait inintelligible pour nous. Oui, mais le français reste parlé, et par une grande part de la population ; le Nouchi se parle à Abidjan mais pas au Togo ou au Bénin. Certains penseront que comme le latin, le français va se créoliser avec les langues locales. Oui, c'est déjà un peu le cas, forcément, mais à l'heure de la mondialisation, je pense qu'on assister plutôt à des français avec des variantes locales, comme pour l'anglais et l'américain qui se rapprochent du fait de l'exposition des gens aux mêmes contenus culturels et au rapprochement grâce aux voyages et moyens de communication. Autrement dit, les moyens de communication modernes favorisent le rapprochement linguistique.

La réalité du terrain : je vous invite à regarder des chaînes de télé. J'en ai pris une de Côte d'Ivoire :
RTI : vous ne me ferez pas croire qu'ils parlent très bien français sur une chaîne publique, mais qu'il n'y a pas de téléspectateurs. Il y a une réalité francophone dans son utilisation quotidienne.

Autre exemple (il ne restera pas longtemps en ligne, mais peut-être le retrouvera-t-on sur Youtube ou Dailymotion ultérieurement) :
les routes de l'impossible : Cameroun, les débrouillards de la jungle
tout le monde parle français dans cette vidéo, de l'envoyée camerounaise de l'OMS jusqu'aux pygmées et aux bantous avec qui ils ont des différents, jusqu'aux taxis et aux enfants qui cassent des pierres au milieu de la jungle. Alors bien sûr, certains le parlent de façon plus ou moins riche mais quand on entend un conditionnel utilisé par un chauffeur de taxi, on est en droit de penser qu'il doit avoir une utilisation régulière du français.

Donc, pour que le français soit déjà si bien implanté, avec des conditions si favorables (administration, école...), il manque juste du temps pour que ça se généralise davantage. Vous me direz ce que vous en pensez.
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey

Italien
Messages : 95
Inscription : ven. 11 avr. 2014, 01:30

Re: Marc RP32 : Le français au Royaume-Uni, raisons d'un déc

Message par Italien » jeu. 11 févr. 2016, 17:55

Marc Beaufrère a écrit :
Donc, pour que le français soit déjà si bien implanté, avec des conditions si favorables (administration, école...), il manque juste du temps pour que ça se généralise davantage. Vous me direz ce que vous en pensez.
D'abord merci pour votre explication. Oui j'ai tendance à penser comme vous même si les ennemis du français existent en Afrique surtout dans le monde anglo-saxon et ils n'hésitent pas à sévir. Curieusement l'avocat qui a obtenu le refus de l’extradition vers l'Espagne d'un criminel proche de Kagamé est la femme de Tony Blair ...

Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
Messages : 518
Inscription : lun. 07 janv. 2013, 13:54
Localisation : Carrouges (Orne)
Contact :

Re: Marc RP32 : Le français au Royaume-Uni, raisons d'un déc

Message par Marc Beaufrère » ven. 12 févr. 2016, 12:00

"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey

Avatar de l’utilisateur
Michel
Messages : 390
Inscription : sam. 26 janv. 2013, 16:09
Contact :

Re: Marc RP32 : Le français au R-U, raisons d'un déclin

Message par Michel » mar. 16 févr. 2016, 01:22

-
Le français peut ne pas être menacé en Afrique et, dans ces conditions, tous les espoirs sont permis.
Ou il l’est et ce, pour deux raisons :
1/ le français se trouve en face de langues relativement monolithiques (voir mon récent billet ici : http://www.lavoixfrancophone.org/forum/ ... =792#p1510).
2/ l’aire francophone (plus vaste que l’Union européenne) entoure un géant démographique, le Nigéria.
Mais vous pouvez me dire que dans ce pays tout le monde ne parle pas anglais. Certes, mais comme il y a 450 langues au Nigéria, une langue véhiculaire s’impose et actuellement c'est l’anglais.
Voici les termes de l’équation.
Lao-Tseu, repris par Lénine, puis par Churchill : Là où il y a une volonté, il y a un chemin.
Michel Godet : La bonne prévision n'est pas celle qui se réalise mais celle qui conduit à l'action pour, éventuellement, empêcher qu'elle ne se réalise.

Italien
Messages : 95
Inscription : ven. 11 avr. 2014, 01:30

Re: Marc RP32 : Le français au R-U, raisons d'un déclin

Message par Italien » sam. 20 févr. 2016, 12:55

Michel a écrit :-
1/ le français se trouve en face de langues relativement monolithiques (voir mon récent billet ici : http://www.lavoixfrancophone.org/forum/ ... =792#p1510).
Bonjour Michel,
Mais les exemples que vous donnez sont minoritaires dans l’espace francophone. En revanche dans l’espace anglophone il y a des langues bcp plus puissantes comme le swahili ou le somali par exemple.

Répondre

Revenir à « Europe (situation par pays) »