RP74 JMV : Les Marocains et le français

Modérateurs : Michel, Marc Beaufrère, Varlet

Varlet
Messages : 200
Inscription : jeu. 10 janv. 2013, 12:51
Localisation : Chantraine ( Vosges )

RP74 JMV : Les Marocains et le français

Message par Varlet » lun. 11 févr. 2019, 11:27

Deux articles de journaux parus le même jour sur le site du HuffingtonPost Maghreb

Le premier témoignage renvoie à des critiques déjà formulées sur ce blogue mais qui prennent un relief autrement plus intéressant car elles proviennent d'un vécu personnel.
Première critique : « Le français n’a pas fait le “self work” nécessaire pour ne plus être une langue élitiste qui pense en blanc tout le temps. Les imageries et référentiels de la langue française sont ceux des Gaulois. Le français n’a pas regardé l’histoire de la France en face et continue à exclure les francophones et Français qui ont grandi sans châtaignes ou Chablis. » Manifestement, nous n'avons pas encore bien intégré en France que le français n'appartient plus seulement à la France et qu'il est temps de prendre en compte, et de manière significative, les apports culturels des autres pays francophones. Et que dire de l'arrogance mais aussi de l'isolement dans leur tour d'ivoire de nos élites dans les institutions francophones comme l'OIF, élites qui semblent complètement déconnectées des peuples et qui semblent plutôt soucieuses de paraître que d'agir pour améliorer le quotidien des francophones ? C'est d'ailleurs le principal argument défendu par les opposants aux Sommets de l'OIF, comme on peut le constater chaque année... Peut-on leur reprocher ?
Autre passage fort de cet article : le racisme en France, qui ne touche pas spécialement que les campagnes...Même la « Ville-lumière », toujours prompte à donner des leçons au reste de pays, est, semble-t-il, bien gangrénée... Cela m'amène à poser la question suivante : nous prônons l'instauration d'un visa francophone mais le racisme ambiant en France ne décourage-t-il pas les autorités françaises d'accéder à nos demandes ?
Un article fort donc, dérangeant car il renvoie une facette peu glorieuse de la France, même si ce pays n'a pas le monopole du racisme. Nous n'en mesurons que plus le chemin à parcourir vers une francophonie plus unifiée.

https://www.huffpostmaghreb.com/entry/2 ... f=mg-maroc

Le deuxième témoignage apporte un éclairage de  « l'intérieur » sur l'appropriation de la langue de Molière par les Marocains ainsi que de sa place dans la société marocaine. N'en déplaise aux défaitistes et aux déclinistes, même s'il ne faut pas nier les progrès de l'anglais au Maghreb – assez logiques d'ailleurs, car ces pays s'ouvrent sur le monde-, le français fait bien partie pour la plupart des Marocains de leur patrimoine linguistique. Mais, et c'est l'un des points communs avec le premier article, le français apparaît là-aussi encore trop souvent comme une langue « élitiste », un marqueur social. Le grand défi de la francophonie reste donc bien la démocratisation de l'usage du français auprès des classes populaires.

https://www.huffpostmaghreb.com/entry/2 ... f=mg-maroc

Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
Messages : 530
Inscription : lun. 07 janv. 2013, 13:54
Localisation : Carrouges (Orne)
Contact :

Re: RP74 JMV : Les Marocains et le français

Message par Marc Beaufrère » mer. 13 févr. 2019, 10:02

Ces deux articles sont très intéressants et stimulants.

Concernant le premier : on ne peut que déplorer ce racisme subi. On a du mal à croire que ce genre d'insultes puissent sortir gratuitement de nos jours, mais des c*, il y en a partout et je ne pense pas qu'ils soient majoritaires (j'ose le croire). Dommage que cette personne qui a l'air si intelligente et éduquée soit restée sur ce goût amer en France, mais vu ce qu'elle a subi, on ne peut pas lui en vouloir. Ceci dit, le lycée dans laquelle elle a été ne m'a pas l'air très représentatif.
Pour l'anecdote, j'avais essayé de louer une chambre dans une maison qu'une Irlandaise louait à des étudiants (c'était il a 15 ans maintenant!), et dès que la personne a détecté que j'avais un accent, elle m'a dit que ça ne fonctionnerait pas avec les autres colocataires alors qu'au début de la conversation, il y avait de la place. J'ai néanmoins conscience que le racisme anti-Maghrébin doit être plus répandu en France que le racisme anti-Français en Irlande.

Deuxième article : c'est amusant, je ne l'ai pas reçu de la même façon. Cet article fait pour moi écho au débat qui anime les Tunisiens francophones (ou les Francophones tunisiens, façon de dire que l'on partage une base commune ?). Le problème ne m'apparaît pas tant comme celui de l'élitisme de la langue, mais dans le fait que les adversaires de la langue française veulent enfermer cette langue dans une représentation négative. C'est la langue des "bobos" dirait-on ici. Sauf que cette représentation est intégrée même par ceux qui pratiquent cette langue, et la faute en revient au fait que les Francophones marocains, comme les Francophones tunisiens, n'osent pas revendiquer l'héritage francophone de leur pays. Comment blâmer les Français non avertis de penser que les Marocains ne parlent pas bien français ? Le français ne figure même pas comme langue officielle du pays, et pendant longtemps, les pays du Maghreb ont voulu se défaire de l'image de "pays francophones" pour retrouver une "identité arabe pure" et tout a été fait pour envoyer ce message aux autres pays, notamment la France. Les pays du Maghreb voulaient faire table rase du passé colonialiste pour retrouver une forme de virginité identitaire. On sait bien que l'on n'efface pas le passé, tout au moins peut-on l'oublier, le dénoncer ou en parler.

Depuis quelques années, je pense qu'on va assister à un mouvement de balancier inverse. La rupture avec la France, qu'elle ait été par conflit armée (Algérie) ou plus pacifique (Maroc, Tunisie) s'est accompagnée d'une volonté de retrouver son origine. On s'est donc construit contre la France dans le discours, pas toujours dans les faits. Ainsi toutes ces élites qui plaçaient leurs enfants dans les écoles françaises, toutes ces personnes qui émigraient en France aussi. La population française, de l'autre côté, était piquée au vif, et pour certains, l'est toujours : "quoi, on vous a colonisé, mais on vous a apporté plein de bonne choses quand même, on n'a pas fait que vous exterminer, et vous nous crachez dessus !". Un peu comme les enfants qui deviennent adultes et qui rejettent la tutelle tyrannique de leurs parents et tout ce qui s'y rattache. Le rejet est d'autant plus violent que le lien était fort. Maintenant que ces pays ont quasiment 60 ans d'indépendance, c'est l'âge de la synthèse : on ne rejette plus tout en bloc (1e phase de décolonisation), on n'est plus soumis non plus (colonisation), on fait un tri rationnel dans le passé. Le français semble avoir survécu à ces différentes étapes, contrairement à ce qui s'est passé dans les pays de l'Indochine, et les pays du Maghreb se découvrent pays multiculturels (idenités arabe, berbère et francophone) sans trop savoir encore comment l'assumer complètement.
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey

Varlet
Messages : 200
Inscription : jeu. 10 janv. 2013, 12:51
Localisation : Chantraine ( Vosges )

Re: RP74 JMV : Les Marocains et le français

Message par Varlet » mer. 03 avr. 2019, 13:23

Un article pour rebondir sur la place du français au Maghreb, esquivé brièvement dans mon dernier texte : http://lavoixfrancophone.org/systeme-degage/
Il montre que rien n'est acquis pour le français au Maroc, ( et plus généralement en Algérie ou au Maroc ) puisqu'ici, on remet en cause le français comme langue d'enseignement dans les matières scientifiques et techniques, prévu dans la future loi sur l'enseignement au Maroc. C'est l'éternel serpent de mer qui réapparaît régulièrement depuis l'indépendance du Maghreb : doit-on conserver ou non le français comme langue d'enseignement ?
Impossible pour un Français de répondre, pour des raisons bien évidentes : l'histoire et bien sûr l'éloignement. Peut-être peut-on avancer une hypothèse qui confirme ce que j'avançais : le français se maintiendra au Maghreb à condition qu'il réponde à une nécessité d'abord économique( ? ). Cette dernière dépendra avant tout du dynamisme démographique et économique de l'Afrique noire francophone, plus que les relations - encore très fortes mais qui s'affaibliront avec le temps-, entre la France et le Maghreb.

https://www.huffpostmaghreb.com/entry/d ... f=mg-maroc

Répondre

Revenir à « Afrique du Nord et Proche-Orient »