RP 80 JMV: OUI à la diversité des langues en recherche

Modérateurs: Michel, Varlet, Marc Beaufrère

RP 80 JMV: OUI à la diversité des langues en recherche

Messagepar Varlet » Sam 13 Avr 2019, 21:47

Des chercheurs français ont récemment lancé une pétition en ligne pour dénoncer une réalité que nous déplorons souvent : l''injonction ( administrative ou universitaire ) de l'utilisation de l'anglais dans plus en plus de domaines de recherche, au détriment du français mais aussi des autres langues.
Comme le manifeste le montre, cet envahissement de la langue de Shakespeare a des conséquences fâcheuses : Renoncer à ces sources (les travaux des chercheurs ) et aux langues dans lesquelles elles se sont exprimées au profit du seul anglais, c’est perdre toute chance de contribuer utilement à la recherche mondiale dans nos disciplines. C'est pourtant ce qui arrive quand une revue anglophone refuse une contribution d'un francophone ( d'un hispanophone, d'un germanophone,..) à cause d'une conception différente de la recherche...Sans compter les risques de discrimination : Comme l’ont argumenté des EC des Sciences de gestion (Le Monde, 20.02.2019) pour ce qui est de leur discipline, cette situation fait peser de réels risques de discrimination sur l’activité des EC, puisque, sans que cela puisse être corrélé à la qualité des travaux, les chercheurs francophones sont désavantagés dans cette concurrence.
Ce qui me surprend agréablement dans cette démarche, c'est qu'elle émane de chercheurs. On pouvait supposer que ces derniers, trop préoccupés de briller dans des séminaires internationaux, adhéraient massivement à la généralisation de l'anglais dans la recherche. Encore un cliché heureusement mis à mal !
Si vous voulez soutenir l'initiative :

https://www.mesopinions.com/petition/art-culture/manifeste-reconnaissance-principe-diversite-linguistique-culturelle/63600
Varlet
 
Messages: 195
Inscription: Jeu 10 Jan 2013, 12:51
Localisation: Chantraine ( Vosges )

Re: RP 80 JMV: OUI à la diversité des langues en recherche

Messagepar Michel » Lun 17 Juin 2019, 17:14

Je trouve que ce texte pétitionnaire est chatoyant dans la mesure où il présente sous différents angles les possibilités offertes par la pluralité des langues. La langue effectivement témoigne d’une vision particulière du monde. Plus il y a de langues, plus les visions sont différentes. Cela est particulièrement vrai dans les sciences humaines. Et même dans les sciences dures, puisque certains raisonnements peuvent être, à l’origine, d’ordre métaphorique, donc langagier, donc attachés à une langue. Pensez au nom même de cette théorie qui présente l’univers sous un maximum de 26 dimensions : la théorie des cordes.
En outre, une seule langue ne pourra jamais décrire la totalité du monde. De même qu’en mathématiques l’ensemble de tous les ensembles n’est pas un ensemble, car il n’existe pas.
En philosophie, la connaissance du latin et du grec est indispensable, parce que cette discipline est, pour ainsi dire, la science du commencement.
Connaître la langue anglaise n’a guère d’utilité, sauf pour les ouvrages des spécialistes de la pensée grecque non traduits. On ne peut pas faire de métaphysique sans étudier en grec la Métaphysique d’Aristote. Un philosophe anglophone n’aurait jamais pu produire l’œuvre de Heidegger. Celui-ci considérait ailleurs la langue allemande comme la langue de l’Être et il est difficile de le comprendre en profondeur sans être germanophone.
En science, pour produire aujourd’hui des nouveaux concepts, il faut s’appuyer sur une longue tradition scientifique. La langue française peut prétendre à ce statut. La langue hittite, par exemple, disparue vers - 1200 ne peut rivaliser en la circonstance.
Maintenant, est-ce que la connaissance de toutes les langues vivantes et mortes est indispensable à la progression des sciences ? C’est une question ouverte. En Yupik, la neige s’exprime de multiples façons, mais le champ lexical en est seulement descriptif. Les climatologues (anglophones, francophones et autres) ont moins de mots mais davantage de concepts pour comprendre, en profondeur, ce qu’est la neige « en vérité ».
Lao-Tseu, repris par Lénine, puis par Churchill : Là où il y a une volonté, il y a un chemin.
Michel Godet : La bonne prévision n'est pas celle qui se réalise mais celle qui conduit à l'action pour, éventuellement, empêcher qu'elle ne se réalise.
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 389
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 16:09


Retourner vers Enseignement

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron