Marc RP34 : réforme orthographique dans les manuels

Modérateurs: Michel, Marc Beaufrère, Varlet

Marc RP34 : réforme orthographique dans les manuels

Messagepar Marc Beaufrère » Jeu 04 Fév 2016, 22:04

La réforme orthographique de 1990 va finalement devenir la norme dans les manuels scolaires, même si les deux orthographes seront acceptées. En ce qui me concerne, je ne peux que m'en réjouir. A partir du moment où l'on avait décidé de simplifier l'orthographe (les irrégularités notamment), et qu'un BO avait détaillé ces changements, il me paraissait difficile que quelqu'un prenne l'initiative de commencer à utiliser la nouvelle orthographe (même si personnellement, j'aimais bien utiliser évènement au lieu de événement). En obligeant les manuels à s'y mettre, on évite aux individus de faire le premier pas. Peut-être les correcteurs orthographiques s'y mettront-ils également ? (proposer / admettre les deux). Je ne sais plus où j'avais vu cela, mais une part importante des heures de français est consacrée à l'apprentissage des irrégularités de notre langue, sans que cela nous apporte grand chose, si ce n'est la satisfaction d'ensuite pouvoir corriger ceux qui n'ont pas acquis cette orthographe.

J'avais également parlé d'une nécessaire simplification en évoquant un livre d'Hervé Bazin : Plumons l'oiseau. J'avais adoré ce livre qui revenait sur l'argument douteux de l'étymologie dans certains cas, comme le "h" que l'on a rajouté à "huit" alors que ce mot vient du latin, qui l'écrivait octo et otto en italien.

Quelques liens :
- Huffington Post
- Libération
- orthographe recommandée
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey
Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
 
Messages: 510
Inscription: Lun 07 Jan 2013, 13:54
Localisation: Carrouges (Orne)

Re: Marc RP34 : réforme orthographique dans les manuels

Messagepar Michel » Mer 17 Fév 2016, 15:12

-
Un point de détail : cette réforme est "facultative" dans son application. Un objet aussi important qu'une langue doit être traité sur un mode impérieux. Ce qui veut dire que cette réforme sera le prétexte au renforcement de la distinction sociale (voir cet article : http://www.lemonde.fr/education/article ... 73685.html).
À juste titre l'auteur se pose la question : Mais l’école peut-elle enseigner du facultatif ?
Le casse-tête chinois que représente l'apprentissage des signes diacritiques (pour les étrangers en particulier) obéit, du côté des classes dirigeantes françaises (1), à une logique mandarinale. Avaient le pouvoir en Chine ceux qui étaient capables de connaître le plus grand nombre d'idéogrammes avec leurs variantes.

Réforme pour réforme, il fallait se lancer dans une grande réforme ; le sujet a déjà été traité dans cette partie du forum (Défense et illustration du néo français) : viewforum.php?f=12

Pire encore : on pourra écrire il parait (nouvelle orthographe) et garder extra-terrestre (ancienne orthographe) puisque rien ne s'y oppose pour l'écriture individuelle.

Par ailleurs, les éditeurs de livres scolaires vont profiter de cette obsolescence programmée.

(1) pour la frange des plus éduquées d'entre elles (ne rêvons pas)
Lao-Tseu, repris par Lénine, puis par Churchill : Là où il y a une volonté, il y a un chemin.
Michel Godet : La bonne prévision n'est pas celle qui se réalise mais celle qui conduit à l'action pour, éventuellement, empêcher qu'elle ne se réalise.
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 386
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 16:09

Re: Marc RP34 : réforme orthographique dans les manuels

Messagepar Zapata » Jeu 18 Fév 2016, 00:37

Élizabeth Lévy dans Causeur du 8 Février 2016, développe cet argument :

Mais le plus comique, ou le plus sidérant, de l’affaire, c’est que cette réforme soit présentée comme facultative. L’orthographe à la carte, il fallait l’inventer. C’est comme pour le mariage, chacun fait ce qui lui plaît. Qu’est-ce que ça peut te faire que d’autres écrivent « nénufar », puisque tu pourras continuer à écrire « nénuphar » si ça te chante. Au final, au prétexte inavoué de faire disparaître d’antiques distinctions, on en crée une, de taille, entre ceux qui continueront à parsemer leurs textes de clins d’œil au passé et les enfants du nouveau perpétuel.

http://www.causeur.fr/reforme-orthograp ... 36662.html
Porfirio Díaz : Pobre México ! Tan lejos de Dios y tan cerca de los Estados Unidos.
Avatar de l’utilisateur
Zapata
 
Messages: 12
Inscription: Lun 02 Mar 2015, 19:55

Re: Marc RP34 : réforme orthographique dans les manuels

Messagepar Varlet » Ven 19 Fév 2016, 13:40

Faut-il s'offusquer du caractère facultatif de l'application de cette réforme de l'orthographe ? Entre les tenants d'une réforme plus ambitieuse de l'orthographe et ceux d'un immobilisme orthographique, il fallait bien trancher. Le caractère facultatif permet de concilier le chou et la chèvre, même s'il fait des mécontents.
Garder notre orthographe rigide est un combat désespéré : nous savons pertinemment que nombre de francophones ne peuvent maîtriser toutes les règles de notre langue. Si nous voulons éviter ou du moins réduire le fossé culturel entre , en gros, les classes dominantes et le reste de la société, une évolution était nécessaire.Et avouons que nombre de changements proposés tombent sous le bon sens: relai à la place de relais, évènement à la place d'événement, etc...La francisation encouragée va même dans le sens de notre combat pour la francophonie : leadeur, thrilleur sont privilégiés par rapport à leader et thriller. Peut-être pourra-t-on plus tard proposer: lideur?
Réformer de fond en comble notre orthographe serait certes la meilleure des solutions.Mais soyons réalistes : elle déclencherait une levée de boucliers de la part d'intellectuels qui font partie de la classe dominante et qui se permettent de régenter ou de critiquer la vie des gens "normaux". Procéder par étapes, par retouches, me parait bien plus malin et judicieux et susceptible de faire aboutir, à la longue, des réformes nécessaires.
Soyons optimistes et visons le long terme ! Rappelons-nous que certains mots français avec plusieurs orthographes existent déjà (clé,clef), qu'au 16 ième et 17 ième siècle, nombre de mots pouvaient s'écrire de différents façons. Il ne s'agit pas de revenir sur l'orthographe de ces mots mais pourquoi ne pas parier qu'à la longue, une orthographe va s'imposer sur une autre, en douceur? Je suis de la génération qui a toujours écrit "fantasme" au lieu de "phantasme" (qui me parait étrange); nos enfants et petits-enfants écriront probablement sans complexe "nénufar" au lieu de "nénuphar"...
Le seul problème que je perçois dans cette réforme n'est donc pas celui de son côté facultatif mais plutôt celui de sa promotion. Car enfin, cette réforme a plus de 25 ans. Elle a été annoncée lorsque je débutais ma carrière de professeur des écoles, et, dans l'enthousiasme de mes débuts, je l'appliquais allègrement. Je me suis vite rendu compte que personne autour de moi ne la connaissait et que l'on me regardait avec de gros yeux...J'ai donc continué à l'appliquer par la suite en douce : je ne comptais pas les "erreurs" qui correspondaient aux changements ... Je l'expliquais aux élèves et aux quelques parents qui me questionnaient. Ce qu'il faut , c'est donc une forte promotion de cette réforme : plus il y aura de publicité, plus les parents et les enseignants en seront informés et encouragés, pour les seconds, à l'appliquer. Ne répétons pas l'erreur d'il y a 25 ans !
Varlet
 
Messages: 192
Inscription: Jeu 10 Jan 2013, 12:51
Localisation: Chantraine ( Vosges )

Re: Marc RP34 : réforme orthographique dans les manuels

Messagepar Marc Beaufrère » Mar 05 Avr 2016, 10:45

Je souscris entièrement à l'avis de Jean-Marc. J'en avais déjà parlé dans mon article sur la déshellenisation du français (j'y parlais notamment du ph qui est devenu f en italien et en allemand, mais pas encore en français), mais il me paraît évident qu'il faut procéder par petits pas successifs : aller trop vite, c'est se condamner à braquer tout le monde. Ceci dit, la langue française évolue à l'oral, il me paraît important de suivre à l'écrit, et donc de continuer à réformer pour suivre l'usage, et pour mettre de la régularité.
Alors, il est certain qu'en changeant certains mots, on a toujours peur de bouleverser un ordre secret, de jeter à l'oubli la trace d'une étymologie importante. A cela, je répondrais que les dictionnaires d'étymologie sont là pour cela, que l'on ne va pas retourner au latin. Chacun veut continuer la norme qu'il a connu enfant, pensant que puisqu'on la lui a enseignée, cette norme devait être en place depuis bien longtemps. Mais si l'on parle d'étymologie, il faudrait aller jusqu'au bout et se plonger dans les dictionnaires d'étymologie pour de vrai, pour se rendre compte que les irrégularités du français sont bien souvent des accidents de l'histoire. Au Moyen-Âge, les moines-copiste étaient payés à la lettre. Certains ne se gênaient donc pas pour doubler des consonnes, rajouter des "h" muets, etc...
Le journal belge "Le Soir" aborde ce sujet dans un article intitulé "La langue française en pleine évolution". Quelques extraits :
« Le français d’aujourd’hui n’est pas celui que l’on parlait autrefois. L’orthographe change, comme la prononciation, le lexique et la grammaire. Quelques exemples : aujourd’hui, dans le langage courant, on utilise de plus en plus le subjonctif avec la locution conjonctive “après que ” alors que la norme prescrit l’emploi de l’indicatif. Cet usage se répand comme celui d’écrire “aucun frais “, alors que le pluriel “aucuns frais ” est recommandé. La prononciation évolue également au fil des siècles. Au XVIe, en français populaire, sont apparues des formes comme “mon pèze ”, “ma mèze ”, au lieu de “mon père ”, “ma mère ”. C’est d’ailleurs de là que provient notre “chaise ”, dérivant de “chaire ”. Aujourd’hui de plus en plus de francophones prononcent le “in ” (comme dans “brin ”) “un ” de “brun ”. »

L'article est très bien fait, je vous invite à le lire en entier. Il développe également l'argument du côté fastidieux de l'apprentissage du français, du temps que l'on passe à apprendre ses irrégularités... pour quel but ? On retrouve ici un concept cher à notre collègue Michel, celui de mandarinat ; il permet à ceux qui maîtrisent son orthographe de se reconnaître entre eux et d'exclure ceux qui n'ont pas eu la capacité de maîtriser toutes les subtilités de la langue française. Il avance aussi un argument original, celui de la compétition des langues : le français, pour que des populations étrangères s'en emparent, doit être rendu plus facile, plus abordable. (argument qui ne manquera pas de provoquer des indignations, mais je pense qu'il faut penser aussi que l'écriture du français est là pour nous aider à nous comprendre, c'est un outil, et nous ne sommes pas là pour servir cet outil mais plutôt pour que cet outil nous serve. Simplifier son usage, c'est permettre à plus de gens de s'emparer de cet outil en moins de temps)

Sur l'étymologie de la langue française, je vous renvoie vers ma fiche de lecture sur le livre d'Hervé Bazin : "Plumons l'Oiseau"
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey
Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
 
Messages: 510
Inscription: Lun 07 Jan 2013, 13:54
Localisation: Carrouges (Orne)


Retourner vers Enseignement

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron