RP57 JMarc Varlet: Réformer la Francophonie institutionnelle

Les articles sont disposés en pile (ordre chronologique inverse).

Modérateurs: Michel, Marc Beaufrère, Varlet

RP57 JMarc Varlet: Réformer la Francophonie institutionnelle

Messagepar Varlet » Mer 17 Jan 2018, 18:03

Dans l'article de presse qui suit, Alain Mabanckou, écrivain d'origine congolaise, explique pourquoi il refuse de participer au projet francophone de M. Macron. Derrière cette prise de position , nulle haine de la langue française, bien au contraire, mais une critique, virulente et certainement fondée, de la politique française. Au passage, on notera quelques vérités assénées :
- La langue française n'est nullement menacée, les pessimistes surtout français ont tort : la langue française dans le monde se porte bien
-Il faut cesser de dire : la France et la Francophonie. La France fait partie de la Francophonie. Parlons désormais de littérature francophone et non plus «  française et francophone ». D'ailleurs, de plus en plus d'écrivains francophones non français sont traduits dans le monde et participent au renom de la littérature en français.
- La Francophonie « institutionnelle » protège encore trop de régimes autoritaires. Elle apparaît pour beaucoup , à tort ou à raison, comme une continuation du colonianisme. Qu'attend-on pour la réformer ?


https://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20180115.OBS0631/francophonie-langue-francaise-lettre-ouverte-a-emmanuel-macron.html
Varlet
 
Messages: 176
Inscription: Jeu 10 Jan 2013, 12:51
Localisation: Chantraine ( Vosges )

Re: RP57 JMarc Varlet: Réformer la Francophonie institutionn

Messagepar Marc Beaufrère » Jeu 18 Jan 2018, 11:40

Personnellement, le discours d'Alain Mabanckou me paraît confus et mal réfléchi. S'il veut qu'on écoute des voix différentes, pourquoi ne participe-t-il pas aux travaux ? Par ailleurs, il estime que "La Francophonie est malheureusement encore perçue comme la continuation de la politique étrangère de la France dans ses anciennes colonies" et d'un autre côté, il souhaite que la Francophonie institutionnelle face la leçon aux dictateurs africains ("Dois-je rappeler aussi que le grand reproche qu’on adresse à la Francophonie «institutionnelle» est qu’elle n’a jamais pointé du doigt en Afrique les régimes autocratiques, les élections truquées, le manque de liberté d’expression"). Cela s'appelle de la contradiction ! Il parle et dénonce des "monarques qui s'expriment et assujettissent leurs populations en français" en "bidouillant les constitutions (rédigées en français)" : encore une fois, il mélange francophonie (langue) et francophonie (politique), le fameux lien qu'il dénonce avec la politique néo-colonialiste de la France.

Bref, en ce qui me concerne, je trouve qu'Alain Mabanckou est dans la confusion entre politique et langue, qu'il n'arrive pas à penser l'évolution de la francophonie (il parle et écrit en français, s'inscrit-il dans une grille de lecture colonisateur / colonisé ?). Je pense que justement, il devrait saisir l'opportunité qui lui est donnée de réfléchir et d'apporter sa réflexion et sa contribution dans l'élaboration de la francophonie du futur. Une langue c'est un outil, pas une fin en soi : Louis-Ferdinand Céline s'exprimait en français (puisqu'il est dans l'actualité avec ses pamphlets), Albert Camus également. Et d'ailleurs on n'est pas obligé de s'inscrire dans une dualité colonisateur / anti-colonisation. Il serait temps pour Alain de vivre dans le présent ! Allez Alain, arrête de râler, et viens contribuer, on a besoin de toi !
"Une langue, c’est un dialecte qui possède une armée, une marine et une aviation" - attribué à Lyautey
Avatar de l’utilisateur
Marc Beaufrère
Administrateur
 
Messages: 497
Inscription: Lun 07 Jan 2013, 13:54
Localisation: Carrouges (Orne)

Re: RP57 JMarc Varlet: Réformer la Francophonie institutionn

Messagepar Michel » Ven 02 Fév 2018, 00:00

-
L'article du Monde Afrique du 30 01 2018 abonde dans le sens de Marc :
"Monsieur Mabanckou, vous détournez l’objet de la francophonie pour un combat personnel" :
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2 ... _3212.html
Lao-Tseu, repris par Lénine, puis par Churchill : Là où il y a une volonté, il y a un chemin.
Michel Godet : La bonne prévision n'est pas celle qui se réalise mais celle qui conduit à l'action pour, éventuellement, empêcher qu'elle ne se réalise.
Avatar de l’utilisateur
Michel
 
Messages: 375
Inscription: Sam 26 Jan 2013, 16:09


Retourner vers Revue de presse

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Google [Bot] et 2 invités

cron