Humour : la répartie, spécialité française

(Article publié sur lefrançaisenpartage le 07-11-2011)

Un petit article de détente…

La répartie, c’est un art bien français, celui de savoir répondre à une agression par un mot qui nous laisse indemne et qui renvoie l’agression en faisant rire. Il ne s’agit pas d’agresser pour agresser, mais un peu comme le judo, d’utiliser l’agression de l’adversaire pour la retourner contre lui. C’est l’art de mettre l’agresseur dans sa poche, ou à défaut, de l’immobiliser. Certaines personnes passent leur temps à trouver les meilleures réparties afin de briller, ce qui donne place à des moments cocasses.  Analyse de la phrase et des intentions de notre interlocuteur, un peu d’esprit (c’est un art, ça se cultive), et le tour est joué.

Retrouvez un article de psychologies magazine sur la répartie. Une petite pour la forme, tirée de cet article :

Chambre des Lords, une femme agresse Churchill : « Si j’étais mariée avec vous, je verserais du poison dans votre verre. » Il répond : « Madame, si j’étais mariée avec vous, je le boirais. »

Nos politiques ne sont pas en reste, et Giscard et Mitterrand ont marqué les esprits avec leur répartie préparée à l’avance. De nombreux commentateurs politiques disent encore que ce sont ces petites phrases qui ont fait basculer le cours de la campagne. C’est peut-être vrai même si c’est évidemment plus facile de dire cela a posteriori.

On avait donc Giscard en 1974 qui faisait référence à la carrière politique de Mitterrand entamée depuis la deuxième moitié des années 40 avec son fameux : « vous êtes l’homme du passé » . En 1981, Mitterrand rétorquera à Giscard que lui est devenu « l’homme du passif » (Bon, il a eu 7 ans pour la préparer, mais elle est pas mal quand même !). C’est l’art de retourner l’agression à l’envoyeur. On se souvient aussi de la phrase de Giscard adressée à Mitterrand « vous n’avez pas le monopole du coeur », référence au fait que la gauche n’a pas le monopole du discours sur les questions sociales notamment. Un petit extrait pour se rafraîchir la mémoire :

Les débats présidentiels :

 C’est devenu également un art utilisé dans certains combats (oraux) de rap où il s’agit d’envoyer les pires « vannes » à l’autre. Le secret, donc : ne pas se faire déstabiliser ou mettre en colère, et avoir suffisament d’esprit pour esquiver.

Pour illustrer cette technique, voici un extrait d’émission où la répartie est poussée très loin et un célèbre sketch dans lequel on a le droit à quelques réparties bien costaud :

Jamel Comedy Club

 

 Elie Semoun et Dieudonné – Cohen et Bokassa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Il y a 1 commentaire sur le forum.