La loi Fioraso et le détricotage du territoire français

Article initialement publié sur le Forum de la voix francophone dans la rubrique Géopolitique et Francophonie du 24/05/2013.

La loi Fioraso permet l’introduction de l’enseignement de langues étrangères dans l’enseignement supérieur.

Les débats actuels tournent beaucoup autour de la langue anglaise.
Mais il ne faut pas négliger l’usage, que pourront faire certains, des autres langues européennes. Dans le sens des aiguilles d’une montre, je pense au flamand, donc au néerlandais, qui pourrait servir de support de cours à l’université de Lille ; à l’allemand pour les universités de Strasbourg et de Metz ; au suisse alémanique, donc à l’allemand, pour l’université de Besançon ; à l’italien, pour les universités de Chambéry et de Nice, à l’espagnol pour les universités de Toulouse, Montpellier ; au basque pour l’université de Bordeaux ; au breton pour les universités de Rennes et de Brest ; et pour clore ce cercle géolinguistique, à l’anglais pour l’université de Caen.
Que se passerait-il alors ?
Nous assisterons à un véritable détricotage, au moins intellectuel, puis économique et enfin politique du territoire français. Dans le cadre de l’Europe naturellement.
En reprenant le cercle, la région Nord-Pas-de-Calais retournerait aux Pays-Bas espagnols, c’est-à-dire à la Belgique ; les anciens départements du régime concordataire retourneraient au Second Empire Allemand, c’est-à-dire à la République Fédérale d’Allemagne ; la région Franche-Comté à La Confédération Helvétique ; la Savoie et le comté de Nice au royaume de Piémont Sardaigne, c’est-à-dire à l’Italie ; le Roussillon au royaume de Castille et d’Aragon, c’est à dire à l’Espagne ; la région Bretagne au duché du même nom avant le mariage de la duchesse Anne ; et pour finir, last but non least, les deux régions Normandie au royaume de Guillaume le Conquérant.
En assistant à ce détricotage, nous pourrons repasser tout le film de l’histoire de France à l’envers. Encore une raison de plus pour réintroduire la chronologie dans l’enseignement de l’histoire afin que nos chères têtes blondes puissent comprendre vraiment ce qui les attend.

Michel
Michel

Les derniers articles par Michel (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Il y a 1 commentaire sur le forum.