La MAIF nous répond

(Article publié sur lefrançaisenpartage le 12-12-2013)

J’avais interpellé la MAIF sur leur choix d’utiliser l’appellation anglophone « MAIF First » pour désigner un contrat d’assurance, me présentant comme adhérent d’une association de défense du français pour qu’il n’y ait pas de malentendu. J’avais pris soin d’expliquer que c’était plus dans un souci de comprendre que dans un souci de stigmatiser, comprendre pour faire ressortir les mécanismes de l’anglicisation.

La MAIF m’a répondu par l’intermédiaire de son délégué départemental et je leur ai demandé l’autorisation de publier la réponse, ce qu’ils viennent d’accepter ! Cela confirme en un sens ce que je pense : l’anglicisation est une machine avec des rouages puissants qui laisse les individus, aussi militants soient-ils, impuissants. Au final, tout le monde est d’accord sur le constat, à peu près, mais personne ne sait comment arrêter la machine… quelle étape après ?

Voici donc ci-dessous leur réponse, puis ma réponse à leur réponse :

Cher sociétaire,
J’accuse réception de votre mèl du 15/10/13 et vous prie d’excuser le délai un peu long pour la réponse. Il m’a fallu collecter un certain nombre de renseignements pour tenter d’y apporter une réponse argumentée.
Le choix du nom MAIF First a été fait pour s’adresser aux jeunes actifs. Vis à vis de ce public qui ne connaît pas très bien l’assurance et encore moins la MAIF, nous avons la volonté d’offrir une image ouverte et moderne. Sur le plan du sens, le mot First signifie d’abord au sens premier « premières assurances » . Il est aussi évocateur d’un certain niveau de qualité par analogie avec la « first class ». Au global MAIF First ce sont des premières assurances de qualité. Sur le plan de la « morphologie » le choix de ce mot anglais permet une sonorité dynamique, un mot court et une compréhension immédiate par notre cible. Avec ce choix la MAIF se modernise, montre aussi son ouverture d’esprit, comme les écoles qui enseignent désormais les langues étrangères et plus spécialement l’anglais dès le plus jeune âge. Les enseignants français, sont chargés d’enseigner en premier lieu le français mais pas de façon exclusive.
La langue française telle que nous la parlons aujourd’hui est d’ailleurs le fruit de l’intégration de mots venant de l’étranger : c’est ce qui fait sa richesse et sa vivacité. L’adagio, le bled, le starter ne sont que quelques exemples. A l’inverse, les anglo-saxons se donnent bien « rendez-vous » et grignotent de savoureux « biscuits ».
Certes le F de MAIF signifie France et cela nous impose de parler  correctement notre langue (ce que nous nous efforçons de faire avec, dans la communication MAIF, un niveau de langage souvent plus élevé que la moyenne) mais pourquoi cela devrait-il nous empêcher d’emprunter aussi de façon très occasionnelle à d’autres langues. Nous l’avons fait dans le passé en nommant l’un de nos contrats Praxis (mot issu du grec ancien). D’autres institutions très françaises recourent aussi à la langue anglaise occasionnellement : par exemple Air France propose des billets en « business class », la SNCF commercialise un service de TGV « low-cost » nommé « Ouigo », France Culture diffuse une émission nommée « Soft power » etc…
J’espère, avec cette réponse, vous avoir apporté un éclairage sur ce choix et restons attentifs à vos remarques.

Veuillez agréer, chère sociétaire, mes salutations mutualistes.

Ma réponse :

tout d’abord, je vous remercie pour votre réponse circonstanciée. Vous avez pris le temps de trouver et d’exposer les raisons concernant l’appellation MAIF First.
Comme je vous l’expliquais, j’essaie de comprendre les raisons qui amènent à l’adoption de dénomination anglaise, afin de pouvoir les analyser, et si possible les démonter.
Je ne vous en veux bien sûr pas personnellement, pas plus qu’à la MAIF ou aux gens qui ont choisi MAIF First, c’est un ensemble de facteurs, c’est un mouvement de société qui sont derrière cela, et les individus sont assez impuissants, quand bien même ils seraient de bonne volonté. Ceci dit, je ne peux bien sûr que déplorer l’utilisation de l’anglais à tout bout de champ, utilisation non anecdotique. Vous qui êtes correspondant à Alençon, vous avez peut-être eu l’occasion de passer rue de Bretagne et de remarquer ces 3 enseignes qui se suivent : Carglass (pour évoquer en anglais le pare-brise de voiture), Winner Cash et Pizza Sprint…
J’aurais pu (et peut-être le ferais-je) interpeller d’autres sociétés pour connaître les raisons du choix de l’anglais. Mon but est d’essayer de faire ressortir, de faire expliciter des choix qui ne sont jamais expliqués afin de les exposer au plus grand nombre et de pouvoir donner des contre-arguments (c’est plus dur si l’on n’a pas de réponse !). Aussi, je me permets de vous demander si cela pose un problème que je publie votre réponse sur mon blogue http://lefrancaisenpartage.over-blog.com. J’avais déjà parlé en fin d’un article de la MAIF et de ma surprise face à l’adoption du nom MAIF First : l’article se trouve ici. Les gens qui suivent mon blogue seraient sans doute intéressés par la réponse.

Si une réponse argumentée vous intéresse (je ne cherche pas à changer MAIF First, juste à interpeller sur certaines modes, et éventuellement ouvrir le dialogue) :
– il est certain que le niveau de la langue de la MAIF est de qualité et que l’on n’est pas inondé d’anglais (contrairement à Carrefour). Mais votre entreprise est une exception dans la modération avec laquelle elle utilise l’anglais
– vous soulignez que d’autres institutions très françaises (SNCF, Air France) utilisent occasionnellement la langue anglaise. J’attire votre attention sur le fait que ce n’est pas occasionnel : pour Carrefour, voir ici une liste non exhaustive d’appellations commerciales anglaises, pour la SNCF, voici une question d’un député qui liste certains anglicismes, ou sinon voici une vidéo qui en montre dans l’espace public (précision : en France)
– concernant l’intégration de mots venant de l’étranger, j’attire également votre attention sur le fait que dans notre histoire récente, les néologismes viennent quasiment exclusivement de l’anglais.
– concernant l’image ouverte et moderne que la MAIF veut véhiculer, je pense que le français est également capable de jouer ce rôle (ou pourquoi pas l’espéranto ?) et que le recours à l’anglais peut envoyer un mauvais message, l’anglais étant associé à l’excès du libéralisme, et ne me semble pas vraiment compatible (au niveau image) avec l’image de coopération et de valeurs mutualistes. Il véhicule davantage une image de compétition et n’est pas rassurant au niveau éthique même s’il peut l’être au niveau professionnalisme. J’ai bien conscience que la MAIF navigue cependant dans un environnement compétitif, je me permets juste d’apporter ma contribution au débat. Je trouve néanmoins que le français véhicule une image plus rassurante, je tente une création : MAIF Jeunes Actifs ou Maif Jeun’actifs…!
– enfin, concernant le fait de s’adresser à un public jeune qui ne vous connaît pas, j’aimerais souligner que votre société bénéficie aussi du bouche-à-oreille, j’en suis moi-même l’exemple, mes parents étant adhérents MAIF depuis bien longtemps et ayant toujours été satisfaits du service. Ce serait dommage de perdre des adhérents qui vous font confiance pour en gagner d’autres (en espérant que le recours à l’anglais n’est pas le signe que la MAIF a changé de vision du monde).
 
Encore merci pour votre réponse, tenez-moi au courant si vous acceptez que je publie votre réponse.
Salutations mutualistes,

2 commentaires

  1. Jachet /

    Merci pour cet échange. Je suis aussi mutualiste MAIF et ce « First » m’avait échappé. Je vais faire écho à votre réaction sur la page facebook (hélas !) intitulée Globish.
    Cordialement
    dj

  2. Les commentaires ne se bousculent pas. tout le monde semble d’accord et personne ne réagit devant cette facilité, cette fatalité à céder au tout-en-anglais qui avance à grands pas. Je suis solidaire de l’auteur du blogue et vous propose de regarder le mien ouileslangues.com
    Courage !
    JDB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Il y a 1 commentaire sur le forum.