Le rock français des années 80

Rate this post

(Publié sur lefrançaisenpartage le 27-12-2010)

Le rock n’a pas fait beaucoup de « petits » en France dans les années 80. Le plus souvent, les groupes rock que l’on écoutait était américains ou britanniques, donc en anglais. Cependant, quelques groupes ont fait leur chemin sur la scène rock française, à la fin des années 70 et dans les années 80. Je pense néanmoins que le rock est une greffe qui ne prendra jamais tout à fait en français à part pour quelques groupes qui sont rocks sans se définir seulement par cela, pour la simple raison que cela ne correspond pas vraiment à notre sensibilité. Qu’à cela ne tienne, la musique ne se résume pas au rock. En attendant, il y a quand même eu un chapitre rock français, qui continue aujourd’hui (davantage en anglais), et qui nous a donné quelques groupes marquants dans les années 80.

Trust – Antisocial

Parmi les précurseurs, dont on peut encore entendre parler, on peut citer Trust, les « amis d’ACDC », dont le chanteur Bernard Bonvoisin fait encore parler de lui au cinéma notamment. Leur chanson phare, c’est Antisocial (cliquez dessus pour découvrir le live), revendication enragée, qui je trouve a mal vieillie. Cela fait très cliché aujourd’hui : cheveux longs, blousons en cuir, batte de baseball dans le clip officiel (que je vous épargne). Cependant, c’est un groupe sur lequel on ne peut faire l’impasse. 

Téléphone

Un groupe qui a bien mieux passé l’épreuve du temps, c’est celui de Jean-Louis Aubert, Téléphone (avec Louis Bertignac, à la guitare). Les chansons sont plus posées que Trust, les textes d’une grande sensibilité parlent du quotidien et des aspirations de la jeunesse. Si Trust est notre ACDC français, Téléphone, ce sont nos Rolling Stones. Téléphone a marqué les années 80 mais s’est à peu près arrêté là, cependant, on doit à Jean-Louis Aubert une très belle carrière solo (découvrez notamment le superbe titre Sur la Route; en Novembre 2010, il vient de sortir son dernier album, qui fait écho à la mort de son père : Roc éclair. Chapeau l’artiste !

Difficile de choisir les meilleures titres à vous faire découvrir ; on pourrait citer Cendrillon, Ca, c’est vraiment toi, la Bombe Humainele Jour s’est levé… 

Téléphone – Un Autre monde

  Téléphone – New York avec toi

Indochine

Avec Téléphone, c’est « l’autre groupe rock français » (pour les années 80), issu du courant New Wave (attention les coiffures et les synthés). Le nom de leur groupe vient de l’influence des livres de Marguerite Duras, romancière française ayant vécu dans ce qu’on appelait l’Indochine, auteure notamment de Un Barrage contre le Pacifique. La sensibilité est beaucoup plus « écorché vif », voire torturée, à l’image du chanteur Nicola Sirkis, et le questionnement (angoissé?) sur l’identité sexuelle est un thème récurrent de leurs chansons. C’est l’un des groupes français qui a le plus vendu d’albums (plus de 10 millions) et ils continuent à se renouveler, 30 ans après. Si leur influence et leurs ventes ont été très importantes, on ne peut que le reconnaître, vous aurez compris que je leur préfère de loin Téléphone… J’ai toujours eu du mal avec les artistes qui n’étaient pas bien dans leur peau ; le succès est parfois là mais il y a comme un malaise qui passe et dont on se passerait bien ; on dirait qu’ils ont eu le succès au détriment du bien-être ; et je les trouve un peu immatures, comme s’ils étaient restés bloqués dans les questionnements de l’adolescence. De la même façon, j’ai toujours été mal à l’aise avec Serge Gainsbourg (oh combien reconnu par la critique), notamment sa période post 70 (une grande partie de sa carrière) avec son Annie aime les sucettes, sa critique du système, etc… et mon intuition s’est trouvée confirmée lorsque j’ai lu qu’il a déclaré « j’ai tout réussi sauf ma vie »; ça condamne à mes yeux la valeur d’une grande partie de son œuvre. Indochine, c’est un peu le même effet que ça me fait, j’ai l’impression d’un mal-être qui émane de leur œuvre, même si c’est enrobé dans des rythmes musicaux qui font à peu près passer la pilule. Pas grand chose à voir avec le très serein Eddy MItchell ! Je fais le pari qu’on les oubliera assez vite une fois leur carrière terminée.

Leurs premières chansons sont très différentes de ce qu’ils ont pu faire plus tard : Canary Bay, 3 nuits par semaine. Dans les années 2000, on leur doit J’ai demandé à la Lune, et le très rock Little Dolls (2009).

Allez, je vous fais quand même découvrir l’incontournable L’aventurier !

D’autres groupes et musiciens ont marqué l’époque de façon moins importante mais méritent un petit détour : Les Négresses Vertes (rock un peu gitan Voila l’été, Sous le Soleil de Bodega), le ténébreux  Alain Bashung (Gaby (1980), Osez Joséphine (1991)), qui ferait déprimer une hyène hilare et les très festifs et inclassables Rita Mitsouko (Andy, les Histoires d’Amour) qui ont largement mérité leur succès :
 
Rita Mitsouko – Marcia Baila 

Rita Mitsouko – C’est comme ça

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Il y a 1 commentaire sur le forum.