Les tribus informatiques

Retour d’Amérique. Vingt ans après : Chronique n°5

Je publie ici chaque quinzaine une chronique à propos d’anecdotes vécues aux États-Unis d’Amérique à la fin des années 80 et au début des années 90. Je m’attacherai à mettre en face de chaque anecdote, un événement similaire ou apparenté que j’ai vécu en France après mon retour d’Amérique.

Aujourd’hui le Macintosh.

Cet article de la série « Retour d’Amérique. Vingt ans après » s’inspire, mais de loin, de deux billets publiés ici :
Situation des acheteurs/utilisateurs de Macs dans les zones à population peu dense le 28 Décembre 2009,
et Comment se construit la mythologie d’Apple (Réaction à un article de Slate.fr) le 9 Septembre 2009.

Ce billet n’est pas une publicité déguisée. La marque Apple n’a été sollicitée en aucune manière.
Apple Inc ® est une marque déposée.

Pour ceux qui ne sont pas familiers de l’univers informatique je rappelle qu’il y a trois tribus : la tribu dominante chez les commerciaux, les entreprises, la majorité des particuliers, j’ai nommé Microsoft ® (créateur de Windows ®) ; la tribu des informaticiens, des grands réseaux d’entreprise, j’ai nommé Linux ® ; et enfin la tribu des artistes, publicitaires, écrivains et autres créatifs, ainsi que, si je suis mauvaise langue, des particuliers fortunés, j’ai nommé Apple ® (créateur du Mac OS ®).
En 1986, mes connaissances en informatique étaient assez limitées : je maîtrisais plus ou moins le logiciel WordStar ®, ancêtre de tous les traitements de textes qui ont suivi et connaissaient la programmation sur une TI 57 ® (50 pas de programme seulement) ; je considérais l’ordinateur comme une machine à écrire perfectionnée mais j’avais oublié un détail : sur le clavier américain les accents, les fameux signes diacritiques, ne sont pas accessibles d’une seule touche.

L’école américaine dans laquelle j’enseignais offrait un Apple 2 ® à chacun de ses professeurs. Comme je voulais des caractères accentués (pour écrire le français), le chef du département Informatique m’a attribué d’office un Mac plus ®, c’est à dire un appareil plus perfectionné que l’Apple 2. Il y avait été invité par la directrice de mon établissement, une ancienne volontaire du plan Marshall en France qui était au courant de ces subtilités linguistiques.
C’est à partir de cette époque que je suis resté fidèle à la marque. Et j’ai pu faire installer dans mon lycée un parc de 8 Macintosh (contre 25 PC) en 2001.
Mon lycée était le seul en France (sur 17 publics et privés) à être équipé de tels appareils pour la spécialité du BTS dans laquelle j’enseignais.

Malheureusement, les effets positifs de mon retour d’Amérique se sont arrêtés là. Pas un seul de mes étudiants, sur 10 années (de 2001 à 2011), n’a, à ma connaissance, fait l’acquisition d’un Mac. Combien d’entre eux m’ont dit : « Monsieur on n’a pas les moyens d’acheter des Macs ».  Au lieu d’être critiques, en étant positifs (1), ils n’ont pas voulu voir et savoir que le marché de l’occasion existait et que la convivialité légendaire de la marque leur aurait rendu, dans une certaine mesure, la vie informatique plus facile.
Le Français est volontiers envieux.  À cette réputation d’élitisme qui colle à la peau des Macs, s’ajoute le conservatisme des administrations françaises. Je n’ai toujours vu que des PC (très majoritairement) dans les salles informatiques des écoles de France, soit en tant que professeur, soit en tant que parent d’élève.
De plus le Français en général n’a pas l’enthousiasme facile.

Autre retombée négative en la matière de mon séjour américain : en faisant à l’époque l’acquisition d’un Mac, j’avais conscience d’appartenir à un monde différent comme le suggérait bien d’ailleurs le slogan de la marque : «Think different » (Pensez et donc soyez différents). Et de la différence à l’arrogance, il n’y a souvent qu’un pas… (Voir cet article  : Arrogance et Servilité)

(1) Voir la distinction entre esprit positif et esprit critique dans un précédent article.

Michel
Michel

Les derniers articles par Michel (tout voir)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Il y a 1 commentaire sur le forum.