Nouvelle Chanson Française 2 – Les têtes d’affiche du début des années 2000

(Publié sur lefrançaisenpartage le 14-02-2011)

La nouvelle chanson française (ou Nouvelle Scène Française, NSF) a vu l’émergence de têtes d’affiches qui ont popularisé le renouveau de la chanson française au début des années 2000. On trouve des artistes très différents mais qui ont toujours en commun des textes soignés, originaux. J’avais déjà eu de nombreuses discussions où j’avais du mal à trouver un bon artiste français pour parer au fait qu’il n’y a de bon que les artistes qui chantent en anglais, mais lorsque l’on prend le temps de regarder ses « compilations faites maison » (oups!) de se rappeler les concerts, on en trouve toujours un de plus qui finalement n’est pas si mauvais. Et pas besoin d’aller chercher des inconnus ou un truc ringard… Mathieu Chedid (alias -M-), Bénabar, Cali, Raphaël, Thomas Dutronc, fils de Jacques, Sanseverino, un qui ne plaît pas à tout le monde : Vincent Delerm. En ce qui concerne les filles, je ferais un article séparé, faute de place, et aussi parce qu’il y a eu une génération qui est venue juste après.

Allez, on commence par celui qui est la nouvelle chanson française à lui tout seul, et qui a sonné le début de la déferlante des années 2000 par son tube : « J’crois qu’ya une fille qu’habite chez moi » avec sa musique de fanfare. L’album Bénabar (de Bénabar) fait partie de mes albums d’anthologie, je connaissais (il y a déjà presque 10 ans) la quasi totalité de cet album. Une vraie merveille au niveau des textes et du bien-vu, de la justesse des situations décrites. J’aimerais vous faire découvrir « à notre santé », malheureusement on ne le trouve pas en clip.

 Bénabar J’crois qu’ya une fille qu’habite chez moi

 

 

Voici maintenant le virtuose de la guitare, sans doute l’un des meilleurs de sa génération, le digne fils de son père Louis Chedid. Préparez-vous à une expérience mystique…

 

-M- Machistador

 

– M – Je dis aime

 

CaliElle m’a dit

 

Voix d’écorché vif, on reconnaît tout de suite son style et son univers…

RaphaëlCaravane

 

Vincent Derlem

Vincent Delerm, c’est le musicien qui insupporte les gens allergiques à la culture ; fils de Philippe Delerm, l’auteur de « La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules », il a ses inconditionnels, mais il a aussi des gens qui se moquent de sa façon de chanter bien particulière… En tous les cas, vous devez connaître Tes Parents, petite perle décrivant le mode de vie des profs, cette caste française qui regarde Thalassa et qui terrorise des générations d’enfants. Attention humour !
D’inspiration jazz manouche, comme Sanseverino, un petit tube de Thomas Dutronc, le dandy parisien. J’aurais pu vous faire découvrir aussi une chanson que je préfère « J’aime plus Paris » mais elle n’est venue que bien après la période que je mets en avant.
Thomas DutroncComme un manouche sans guitare

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Il y a 1 commentaire sur le forum.