Population francophone des Etats et Gouvernements de la Francophonie en Afrique, Moyen-Orient et Océan Indien

(Publié sur lefrançaisenpartage le 16-01-2011)

Population francophone des États et Gouvernements de la Francophonie en Afrique, Moyen-Orient et Océan Indien

Zone/pays Population en 2010 Francophones Pourcentage Francophones partiels Pourcentage
                                                  Afrique du Nord et Moyen-Orient
Afrique du Nord et Moyen-Orient
Tunisie 10 374 000 6 639 000 64%
Moyen-Orient
Egypte 84 474 000 300 000 0,4% 2 500 000 3%
Liban 4 255 000 765 900 18% 851 000 20%
Afrique subsaharienne et Océan Indien
Afrique subsaharienne
Burundi 8 519 000 425 900 5% 255 600 3%
Cap-Vert 513 000 18 000 3,5% 30 000 6%
Djibouti 879 000 439 500 50%
Ghana 24 333 000 1 000 000 4% 331 200 1%
Guinée-Bissau 1 647 000 82 300 5% 164 700 10%
Guinée équatoriale 693 000 50 000 7% 150 000 22%
Mozambique 23 406 000 70 000 0.3%
São Tomé et Principe 165 000 33 000 20% 74 200 45%
Océan Indien
Mayotte (France) 199 000 59 700 30% 139 300 70%
La Réunion (France) 837 000 664 600 79% 126 400 15%
Madagascar 20 146 000 1 007 300 5% 3 021 900 15%
Maurice 1 297 000 194 500 15% 748 400 58%
Seychelles 85 000 25 500 30% 59 500 70%

 

Voici la suite des données extraites de l’excellent rapport La langue française dans le monde 2010 que je ne saurais trop conseillé de vous fournir. Outre les quelques tableaux que je vous fais découvrir, on y lis de nombreuses analyses, pays par pays, thème par thème ; ce rapport est nettement plus intéressant que le précédent pour des personnes s’intéressant à la francophonie de manière assez générale. On y apprend de nombreuses choses sur des pays, et cela permet de mettre en perspectives certaines idées reçues.

D’après les différents tableaux recopiés, on remarque par rapport au rapport 2008 que le seul pays membre de la francophonie qui voit un recul du français en Afrique est le Rwanda (estimé à 3% aujourd’hui contre 5,1% en 1991). On en connaît cependant la raison : la prise de pouvoir par un groupe politique et militaire (anglophone depuis qu’ils ont trouvé refuge en Ouganda). Le groupe au pouvoir était précédemment francophone, il a été chassé (ou éliminé) et remplacé par un groupe anglophone avec à sa tête Paul Kagamé. Pour le reste, la tendance est très nettement à une progression de la maîtrise et de l’utilisation du français dans l’Afrique subsaharienne et l’Océan Indien ainsi que dans les pays du Moyen-Orient membres de la francophonie. On note que le français s’installe dans le paysage linguistique des pays de langue officielle non francophone, pour de multiples raisons : volonté de communiquer avec leurs voisins à majorité francophones, forte présence d’une diaspora francophone (immigrés ou réfugiés), etc… (Cap-Vert, Ghana,  Guinée équatoriale, Guinée-Bissau, Mozambique, Saõ Tomé et Principe). En ce sens, le français devient la langue indispensable de l’Afrique équatoriale et une des langues d’échange intra-continentale en Afrique au côté de l’Anglais, l’Arabe, du Portugais et on pourrait rajouter du Swahili, même si cette langue n’a pas encore le poids que représente sa population. Au niveau de l’Océan Indien, Maurice et les Seychelles, bien que de langue officielle anglaise, ont des langues créoles à base française, ce qui, conjugué au tourisme, explique la très importante implantation du français.

Notons que si l’anglais a été adopté comme langue officielle de Madagascar en 2007, il ne l’est plus dans la nouvelle constitution depuis fin 2010 tandis que le français reste langue officielle au côté du malgache et retrouve une situation favorable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  Il y a 1 commentaire sur le forum.