NdL 4 – Organiser le passage à l’anglais

Quatrième volet de mes notes de lecture sur La langue française : une arme d’équilibre de la mondialisation. Aujourd’hui, je m’attaque à l’idée que certains peuvent avoir que le basculement à l’anglais des pays ayant le français comme langue officielle est souhaitable. Un cas d’école est celui de Madagascar, mais on aurait pu parler de l’Algérie également, qui a tout fait pour éliminer le français sous la pression des « identitaires » pendant que les élites plaçaient leurs enfants dans les écoles françaises. Les lecteurs fidèles de ce blogue sont familiers de ce genre d’argument, mais ils y trouveront néanmoins des arguments inédits.

 

La difficulté de passer à l’anglais

« Ce serait un gigantesque chantier, et les pays qui se sont lancés dans un changement de langue savent que ça prend trois générations, le temps que tous les formateurs, parents compris, parlent correctement la nouvelle langue. » Et encore, ce serait faisable avec une contrainte très forte, comme en Bretagne où l’on a tenté de le chasser de façon violente : il était exclu des cours de récréation et en classe sous peine de châtiment. On a du mal à imaginer qu’à notre époque, des Français accepteraient que leurs enfants se fassent taper sur les doigts ou humiliés parce qu’ils ne parlent pas anglais dans la cour de récréation ; s’il y a un snobisme à utiliser des anglicismes, il n’y a pas de pression sociale à le parler quotidiennement. L’anglais reste une langue que l’on souhaite apprendre dans le cadre scolaire, pas pour le parler chez soi et remplacer le français.

Basculement linguistique

(Publié sur lefrançaisenpartage le 28-08-2011)

Je voudrais essayer de modéliser et compiler tous les facteurs qui suscitent le basculement linguistique, qui font qu’une personne ou un groupe de personnes passe à une autre langue, comme ce fut le cas en Irlande, exemple que je connais le mieux.

L’immigration

Tout d’abord, le cas le plus simple, celui de l’immigration : si ceux-ci s’intègrent dans un pays qui possède son unité, ceux-ci tendent à s’assimiler. Pour se faire comprendre de la majorité, il paraît évident qu’il faut en apprendre la langue. Si les immigrés n’y parviennent pas, il est cependant certain que leurs enfants seront amenés à apprendre la langue de leur terre d’adoption. Tout dépend du degré d’organisation sociétal de ce territoire. Plus un groupe d’immigrés peut vivre dans son propre système, plus il a de chance de pouvoir le pérenniser. Ainsi les colons qui sont arrivés dans les colonies américaines des futurs États-Unis ne se sont pas mélangés avec les populations autochtones (Amérindiens) mais ont établi leur propre communauté en parallèle avec ce que l’on peut appeler son âme, son centre sociétal (ensemble de valeurs, et de caractéristiques qui fondent l’identité, la cohésion d’une société : langue, lois, organisation…). Ils n’avaient donc pas à s’adapter à une communauté existante possédant sa langue propre, mais ont plutôt créé leur propre société avec ses représentants spirituels (prêtres, pasteurs…), ses représentants politiques et militaires, ses commerçants… On peut également penser aux juifs qui ont longtemps su garder leur spécificité (enseignement religieux, mariage uniquement à l’intérieur de la communauté, enseignement d’une langue, d’une tradition, d’une histoire de la communauté). Le mélange, la coexistence dans un même lieu tend à harmoniser les pratiques et les mœurs à moins d’une forte volonté de ne pas s’assimiler.

Deux approches de la colonisation en Irlande

Deux exemples pour montrer que l’immigration peut déboucher sur deux résultats complètement différents. En Irlande, des Anglais se sont installés après l’annexion de l’Irlande en 1171.

  Il y a 1 commentaire sur le forum.