L’apport italien à la chanson française – 2

[Publié sur lefrançaisenpartage le 09-02-2012]

Dalida

Immense artiste de par son répertoire et son succès, je ne suis malheureusement pas assez sensible à sa musique pour pouvoir vous en parler comme il se devrait. Née en 1933 au Caire en Égypte, Dalida fait partie de ces personnes dont la famille européenne s’était installé sur la rive sud de la Méditerranée. A l’époque, l’ensemble des pays de la rive sud de la méditerranée était sous administration européenne et les villes du Maghreb, de Libye et d’Égypte étaient cosmopolites : juifs, espagnols, italiens, français, phénomène que l’on retrouvait aussi dans les villes de la rive nord de la Méditerranée (Marseille…). Dalida était donc la fille d’une de ces familles d’italiens qui s’étaient installés au Caire, son père était un très bon violoniste. Elle fut miss Égypte 1954, « monta » à Paris faire carrière (Paris étant le centre culturel du monde à l’époque) dans le cinéma, puis finalement dans la chanson. Sa vie artistique fut ponctuée d’immenses succès, dont je préfère très nettement les premiers, qui respiraient la vitalité et la bonne humeur ; cependant, sa vie sentimentale fut tragique, un nombre impressionnant d’hommes autour d’elle (compagnons, amis) se suicidant à tel point qu’elle se demandait si elle ne portait pas malheur aux hommes qui l’approchaient. Elle mit fin à ses jours en 1987 en laissant un message qui disait : « la vie m’est insupportable, pardonnez moi ».

Voici donc un des succès des débuts de sa carrière, Come Prima :

 

L’apport italien à la chanson française – 1

[Publié sur lefrançaisenpartage le 09-01-2012]

Entre la France et l’Italie, c’est une longue histoire d’échanges culturels et humains à tel point que l’on estime aujourd’hui qu’il y aurait en France 4 millions de personnes ayant une origine italienne. Dans le domaine des arts, l’Italie a longtemps été un modèle depuis la Renaissance et même au-delà. Dans cet article en deux parties, j’ai envie d’évoquer l’apport des personnes d’origine italienne à la chanson française. De mémoire, on retrouve peut-être un ou deux chanteurs et pourtant ils ont été nombreux à chanter l’amour, l’Italie, la France…

Je m’interroge parfois sur la raison qui fait qu’actuellement on entend si peu de nouvelles chansons italiennes ? De nombreux groupes qui chantent en anglais, quelques-uns en espagnol (Ricky Martin et Shakira…) et voilà pour l’ouverture musicale française bien souvent (par la radio). Mondialisation quand tu nous tiens !! Le monde semble s’être tellement accéléré que la majorité des radios semblent être frileuses à l’idée de diffuser des chansons qui demandent le temps d’être découvertes, auxquelles on ne s’attache pas aussitôt mais qui une fois apprivoisées restent dans nos cœurs comme des morceaux de nos vies.

Rappelez-vous, on a pu se délecter de nombreuses chansons qui nous ont apporté un peu du soleil et de la douceur de vivre à l’italienne (dolce vita). Quand on pense à Toto Cutugno, Albano, Umberto Tozzi, Zucchero, Ricchi e Poveri, Eros Ramazzoti, on est transporté tout de suite vers un pays, un imaginaire.

Aujourd’hui, je vous propose donc de ralentir et c’est un autre voyage que je vous propose, celui des italiens de France. Pour commencer, je voudrais parler d’un des plus talentueux à mon avis, Serge Reggiani. Celui que l’on connaît comme un grand ami de Simone Signoret fut d’abord acteur (Casque d’Or) avant de se découvrir un peu plus tard une carrière de chanteur tout aussi réussie, avec des textes signés par Georges Moustaki et Mr Dabadie entre autres. Il est décédé en 2004 à l’âge de 82 ans nous laissant un répertoire incroyable de chansons.

L’une de ses chansons les plus connues est bien sûr Les Loups :

  Il y a 1 commentaire sur le forum.