L’assimilation linguistique

(Article publié sur lefrançaisenpartage le 19-11-2012)

Si l’on met des personnes de langues différentes à vivre ensemble, il y aura une forte propension à l’homogénéisation de la langue en commun, c’est ce que l’histoire nous enseigne. La question que l’on peut se poser, c’est de savoir quels facteurs provoquent le mouvement vers une langue plutôt qu’une autre ? La réponse n’est pas forcément binaire puisqu’il a existé tout au long de l’histoire des phénomènes de créolisation.

Assimilation et créolisation : exemples avant la Renaissance

En France, les Gaulois ont appris le latin, lui même influencé par le grec de par l’occupation romaine. Les Francs qui ont ensuite pris la relève des Romains se sont assimilés eux-mêmes à cet ensemble et la langue de l’ensemble des personnes tend à s’homogénéiser au bout d’une période. C’est ainsi que dans ce cas, les Francs ont laissé leur langue germanique de côté même s’ils ont apporté du vocabulaire dans ce qui est devenu le français, dont le nom vient de la peuplade des Francs mais qui est en réalité plutôt un rejeton du latin avec un soupçon de lexique germanique.

Autre exemple : quand les Vikings sont arrivés pour piller la France et ses monastères au IXe siècle, notamment le long de la Seine jusqu’à Paris, le roi de France Charles le Simple leur a accordé le comté de Rouen (Haute-Normandie actuelle) en 911, en échange de quoi leur souverain, Rollon, devenait un vassal du roi, ses vikings (devenus Normands) défendaient la Seine (l’entrée de Paris) et la Normandie contre les pillages et ils se convertissaient au christianisme. Les Normands se sont donc installés. 155 ans plus tard, Guillaume Le Conquérant réclame le trône d’Angleterre et l’obtient (victoire de Hasting) ; quelle langue parlent ces conquérants descendants de Rollon et de ses hommes ? Une langue scandinave ? Non, le « normand » si l’on peut dire, variété dialectale du français. C’est que les envahisseurs se sont fait assimilés, du fait de leur infériorité numérique pour une part et du fait de leur mélange avec la population autochtone.

Le français langue pure ou créole ?

Publié le 20-04-2011 sur lefrançaisenpartage

Parfois, les tenants de la défense du français défendent sa pureté contre l’invasion de mots anglais. Qu’en est-il réellement ? Est-ce à juste titre ? C’est de cela dont j’aimerais discuter aujourd’hui.

Les origines du français : le français, un latin qui a évolué

Tout d’abord, on peut regarder ce problème d’un point de vue historico-linguistique.  Le français, de par ses origines, est en fait un latin qui a évolué sous le coup d’influences diverses. Si au début, il y avait le latin en France, l’arrivée de la peuplade des Francs (notamment) a changé la donne : les francs se sont mélangés avec les populations latino-gauloises (gallo-romaines) et ce qu’on appelle le français doit donc une part de son vocabulaire à l’apport de ces tribus germaniques. Ceci dit, le latin était et demeurait la langue des élites, aussi bien en France, en Italie et en Espagne que dans d’autres pays d’Europe, y compris plus tard (au Moyen-Âge) dans des pays qui correspondent aujourd’hui à l’Allemagne et à l’Europe de l’Est. Il restait donc une forme du latin de l’époque romaine comme figé dans le temps, qui ne subissait aucune évolution. C’est le latin que l’on a pu apprendre nous-même lors de notre scolarité, le latin des auteurs latins.

  Il y a 1 commentaire sur le forum.