Les néologismes et les emprunts

 Lorsque l’on s’intéresse aux anglicismes, on s’intéresse forcément un jour où l’autre à la création de nouveaux mots (néologismes), car derrière les emprunts se cache une incapacité à créer ou imposer un mot français équivalent. Pourquoi les anglicismes arrivent-ils en français si facilement, pourquoi est-on (apparemment) incapable de faire prévaloir des équivalents français ?

Pour répondre à ces deux questions, il faut s’intéresser aux facteurs qui amènent à la création de mots.

1) Le besoin

Lorsque l’on crée un mot, c’est tout d’abord pour répondre à un besoin ; c’est le facteur le plus évident. Je vois un nouvel objet et je veux en parler. Ou j’ai élaboré une nouvelle recette et je veux en parler. Plutôt que de devoir décrire l’objet par une périphrase (le plat qui a des couches d’aubergines, avec de la viande de mouton, etc…), je lui donne un nom (la moussaka), je le baptise.

2) L’isolement

Un mot, c’est une convention. Cela s’appelle « moussaka » ou « ordinateur », ça pourrait s’appeler « auberginade » ou « opérateur ». Il y a un moment où un mot s’est imposé plutôt qu’un autre car si chacun invente des mots différents, on arrive à des problèmes de communication.

Le français contre l’anglais ?

(publié le 09-03-2010 sur lefrançaisenpartage)

Ci-dessous, j’essaie de résumer l’enjeu du combat pour la langue française sous forme de question / réponse

Le combat pour la langue française, un combat contre les mots anglais ?

Oui et non.

Non car…
Les mots week-end, parking, cool sont dans la langue française, ça y est, on ne va pas s’amuser à les changer, seul contre tous et à dire « fin de semaine », « parc de stationnement » et je ne sais quoi d’autre. Ils sont là, ça a correspondu à un moment où l’on a pris des mots de la langue anglaise dont on avait besoin, de même qu’on a pris des mots italiens pour parler de musique (soprano, piano…), hollandais pour parler de navigation (bâbord, tribord) et que le français est un mélange de mots d’origine grecque, latine, franc, avec des apports de plein de langues. Il n’y a aucun problème et je ne vois pas pourquoi je devrais me battre seul contre tous à utiliser ou fabriquer des mots français alors que le poids de l’habitude est là et que c’est très bien comme ça.

Oui parce que…

  Il y a 1 commentaire sur le forum.