LE RACISME LINGUISTIQUE DE L’UNION EUROPEENNE (troisième partie)

Les précédentes parties ont montré qu’il existe bien un racisme linguistique au sein des institutions européennes. Certains pourraient penser malgré tout que l’expression reste abusive. Il nous manque en fait un mot qu’il faudrait inventer : le « languisme » ? Par commodités cependant, et aussi parce qu’il a été montré que la définition du mot « racisme » s’applique à la situation actuelle des langues au sein de l’UE, nous continuerons d’utiliser les termes « racisme linguistique ».

Nous savons désormais que cette réalité n’est en rien naturelle et qu’elle est d’abord et avant tout le résultat de décisions politiques prises notamment sous l’effet d’influences néo-libérales, très prégnantes depuis 30 ans. Une inflexion est donc possible et nous ne sommes pas condamnés à subir cette fatalité. C’est plutôt une bonne nouvelle !

Mais alors, que faire ? Que pouvons-nous espérer obtenir à court et moyen terme, de manière raisonnable et sans se bercer d’illusions, car nous savons que le combat sera difficile ? Esquissons quelques débuts de réponses…

 

 

LE RACISME LINGUISTIQUE DE L’UNION EUROPEENNE (2 ième partie)

 

Après avoir tracé une géographie de l’utilisation des langues au sein des institutions européennes, géographie qui démontre une hostilité croissante de l’U.E. à l’égard des langues de travail autres que l’anglais, nous allons cerner les explications, officielles mais surtout officieuses, d’un tel comportement. Nous découvrirons alors que le mot « racisme » n’est sans doute pas exagéré, si l’on se réfère à la définition citée dans la première partie.

 

 

Les défenseurs du « tout anglais », et en premier lieu, les anglophones ne manquent pas d’arguments pour justifier la suprématie de la langue de Shakespeare. Étudions la pertinence de ces justifications !

L’anomalie anglophone de l’Union Européenne

(Publié le 26-04-2012 sur lefrançaisenpartage)

Le français et l’allemand étaient les langues de l’Europe à ses débuts. Depuis que le Royaume-Uni est rentré dans l’Europe en 1973, l’anglais y a aussi pris sa place, et est devenu hégémonique depuis l’entrée des pays scandinaves dans les années 90. Quasiment 90% des textes européens sont rédigés en anglais, même nos représentants à Bruxelles s’expriment souvent en anglais quand bien même le français est langue officielle et fondatrice. On ne leur en demandait pas autant !

Cela doit impérativement cesser et au plus vite. Pour plusieurs raisons :

– les Britanniques n’aiment pas l’Europe, et ne la voient que comme une façon de servir leurs intérêts. Quand l’Allemagne et la France contribuaient à la construction de l’Europe et à son financement, Margaret Thatcher disait qu’elle voulait qu’on lui rende son argent (« I want my money back ! »). Autrement dit, elle ne voulait pas payer plus qu’elle ne recevait, ce qui est pourtant le B.A.BA de la solidarité quand on est dans un groupe et que l’on est plus riche que la moyenne.

L’Europe s’est donc anglophonisée (voir par exemple ici pour l’association AFRAV, ou ici pour l’association COURRIEL), la France avec, mais on ne comprend pas bien qui a donné le feu vert à cela, quel est le mandat démocratique de nos élites qui sont censées nous représenter et qui s’expriment en anglais et imposent l’anglais en France (il faut voir le nombre de lois votées en ce sens).

Population francophone des Etats et Gouvernements de la Francophonie en Europe

(Publié sur lefrançaisenpartage le 27-01-2011)

Population francophone des États et Gouvernements de la Francophonie en Europe

Zone/pays Population en 2010 Francophones Pourcentage Francophones partiels Pourcentage
Europe
Europe centrale et orientale
Albanie 3 169 000 316 900 10%
Bulgarie 7 497 000 301 100 4% 249 500 3%
Croatie 4 410 000 24 300 0,6% 107 700 2%
Ex-Rép. Yougoslave de Macédoine 2 043 000 150 000 7% 80 000 4%
Hongrie 9 973 000 40 200 0,4% 46 400 0,5%
Lettonie 2 240 000 20 800 0,9%
Lituanie 3 255 000 67 000 2% 61 200 3%
Moldavie 3 576 000 894 000 25%
Pologne 38 038 000 447 800 1% 622 500 2%
Rép. tchèque 10 411 000 153 900 1,5% 93 600 0,9%
Roumanie 21 190 000 1 853 000 9% 2 903 100 14%
Serbie 9 856 000 ND
Slovaquie 5 412 000 75 500 1% 46 400 0,9%
Slovénie 2 025 000 38 600 2% 34 400 2%
Ukraine 45 436 000 285 800 0,6%
Europe de l’Ouest
Andorre 87 000 34 900 40% 26 100 30%
Autriche 8 387 000 406 400 5% 497 200 6%
Belgique (total) 10 698 000 6 838 100 64% 1 405 800 13%
Comm. Française de Belgique 4 505 000 4 415 000 98%
Chypre 880 000 36 600 4% 73 800 8%
France (métropole) 62 637 000 62 483 600 100%
Grève 11 183 000 415 300 4% 475 200 4%
Luxembourg 492 000 352 800 72% 87 000 18%
Monaco 33 000 25 800 78%
Suisse 7 597 000 3 827 300 50% 1 599 300 21%

 

  Il y a 1 commentaire sur le forum.