Appliquer la loi Toubon

Cet article (publié la première fois en 2010) n’est pas exhaustif, je suis ouvert à des compléments d’information. Cet article est un peu à l’image de la « résistance linguistique » aujourd’hui : des outils de lutte existent, outils imparfaits qui ne sont pas toujours connus. Je vous fais donc part ici des renseignements que j’ai pu récolter et glaner ici ou là.

On peut voir des publicités à la télévision en anglais, des affichages en langue anglaise, entendre de la musique anglaise à la radio et chaque personne ayant suivi une scolarité au moins jusqu’au collège est obligée d’apprendre l’anglais en tant que LV1 ou LV2. Bref, l’anglais est la deuxième langue en France. Cela pose de nombreuses questions : faut-il limiter ce phénomène ? Existe-t-il des outils pour le faire ?

Apprentissage des langues

En soi, apprendre l’anglais me paraît utile mais pas de façon généralisée ; j’avais déjà émis l’idée de créer des pôles linguistiques en France : par exemple développer l’apprentissage de l’Italien en PACA, du Néerlandais en Nord Pas de Calais, de l’Allemand en Alsace, en créant des filières d’excellence dans les universités de ces régions, en créant des liens entre le monde du travail de telle région avec tel pays (à l’export notamment, etc) et en imposant l’apprentissage de cette langue si ce n’est dans chaque école, au moins assez largement. Ma réflexion était partie d’un constat : que des emplois nécessitant de parler allemand n’étaient pas pourvus, qu’une femme d’origine polonaise mais ayant suivi sa scolarité en France avait trouvé du boulot tout de suite à l’export vers la Pologne (car profil atypique). Bref, je vous laisse le soin de tirer vos propres conclusions de ces observations, ce n’est pas le sujet essentiel de cet article.

Le français contre l’anglais ?

(publié le 09-03-2010 sur lefrançaisenpartage)

Ci-dessous, j’essaie de résumer l’enjeu du combat pour la langue française sous forme de question / réponse

Le combat pour la langue française, un combat contre les mots anglais ?

Oui et non.

Non car…
Les mots week-end, parking, cool sont dans la langue française, ça y est, on ne va pas s’amuser à les changer, seul contre tous et à dire « fin de semaine », « parc de stationnement » et je ne sais quoi d’autre. Ils sont là, ça a correspondu à un moment où l’on a pris des mots de la langue anglaise dont on avait besoin, de même qu’on a pris des mots italiens pour parler de musique (soprano, piano…), hollandais pour parler de navigation (bâbord, tribord) et que le français est un mélange de mots d’origine grecque, latine, franc, avec des apports de plein de langues. Il n’y a aucun problème et je ne vois pas pourquoi je devrais me battre seul contre tous à utiliser ou fabriquer des mots français alors que le poids de l’habitude est là et que c’est très bien comme ça.

Oui parce que…

  Il y a 1 commentaire sur le forum.