NdL 1 – La Louisiane / La Nouvelle-France et la fuite des élites

NdL 1 – La Louisiane / La Nouvelle-France et la fuite des élites

1 Juil, 2015

La langue française : une arme d’équilibre de la mondialisation,

par Yves Montenay et Damien Soupart

 

Je vous propose une série d’articles qui commentent, reprennent et approfondissent certains extraits du livre d’Yves Montenay et Damien Soupart : La langue française : une arme d’équilibre de la mondialisation. Cet ouvrage reprend l’histoire de l’établissement et de l’expansion de la langue française en France et dans le monde et s’adresse à un grand public. Considérant que les personnes suivant ce blogue se sont déjà intéressées à l’histoire de la France, de la colonisation, et à la Francophonie, je vais entreprendre un exercice inhabituel : je vais reprendre les passages du livre qui m’ont appris quelque chose, mes notes de lecture (NdL) et cela me permettra de contextualiser ces extraits avec mes analyses. Je pense que cela apportera une entrée originale et intéressante à cet ouvrage que je recommande chaudement, car il dresse un portrait complet de l’histoire du français et de sa situation actuelle et il propose des pistes stimulantes pour le futur. Bien sûr, je me concentre seulement sur certains sujets, je vous laisse le plaisir de découvrir la suite (disponible en ligne et en librairie)… Aujourd’hui, nous verrons que les raisons décisives de la chute du premier empire colonial français ne sont pas forcément celles auxquelles on pense communément (défaites militaires, vente de la Louisiane).

 

1) La Louisiane / La Nouvelle-France et la fuite des élites

« Après le sel, le pétrole de cette époque est le sucre (et accessoirement le café) d’où une lutte farouche pour les îles en produisant… » Concernant ce qui allait devenir en partie le Canada : « Peu de gens soupçonnent l’importance potentielle de cette « Nouvelle-France » américaine, qui ne peut produire de sucre. » (p. 32)

Le Canada présentait peu d’intérêt, disposait d’un climat froid pendant une bonne partie de l’année et la France n’avait pas besoin de peupler beaucoup le Canada pour faire le commerce de peaux de castor ; quelques établissements ou forts suffisaient. Le Canada est donc un peu peuplé le long du Saint Laurent et la Louisiane se peuple peu, et tardivement :

TOUTE L’ACTUALITE 2115 DE LA FRANCOPHONIE EN UN SEUL CLIC !

Chère Madame, Cher Monsieur,

Vous faites partie des fidèles lecteurs du blogue Lavoixfrancophone et, à ce titre, vous manifestez une sensibilité particulière aux problèmes et enjeux de notre monde. C’est pourquoi, aujourd’hui, je souhaite vous présenter notre Nouvelle Encyclopédie Interplanétaire du Savoir, une encyclopédie multi-connectée en ligne entièrement renouvelée et bénéficiant des toute dernières innovations technologiques.

Alliant jeux, lectures et animations holographiques, cette fabuleuse ressource documentaire vous permettra de découvrir chaque semaine des articles mis à jour en temps réel, avec des informations minutieusement vérifiées par nos Robots Connectés sur la Toile.

Avec la Nouvelle Encyclopédie Interplanétaire du Savoir, vous bénéficierez, en outre, d’une sélection d’holoconférences en ligne animées par les meilleurs spécialistes !

Alors, si comme je le pense, vous souhaitez vous tenir au fait des dernières actualités, et notamment celles ayant trait à la francophonie, n’attendez pas et profitez vite de notre offre spéciale d’abonnement réservée à vous, lecteur, lectrice de ce blogue.

Afin que vous puissiez vous forger une véritable opinion sur la qualité de notre encyclopédie, nous vous proposons, à titre gratuit, des extraits d’articles susceptibles de vous intéresser.

Bonne lecture et à très bientôt,

Yacine Wart’hing, directeur de la rédaction

Étude de deux destins possibles pour le français : avenir mauricien ou futur philippin 

 

Comparer deux pays aussi différents que Maurice et les Philippines pourrait sembler incongru. D’un côté, nous avons un pays africain, l’île Maurice, de 1,3 millions d’habitants, de seulement 2040 km2, situé au nord-est de La Réunion. De l’autre, les Philippines, ensemble asiatique de presque 7000 îles, d’une superficie totale de 300 000 km2, comptant près de 100 millions de personnes. Ces deux nations ont cependant deux points qui les rapprochent  : elles ont chacune subi deux colonisations, la première étant française pour Maurice, espagnole pour les Philippines, la dernière, anglo-saxonne pour les deux pays. Deux histoires coloniales similaires donc, du moins d’un point de vue linguistique, mais deux destinées radicalement opposées pour les langues coloniales « premières ».

Certains lecteurs pourraient arguer que le choix du Vietnam ou du Rwanda, à la place des Philippines, aurait été plus judicieux puisque ces deux pays ont eu le français comme première langue coloniale  officielle avant de basculer dans le giron anglo-saxon. Ces options n’ont pas été retenues car les génocides qu’ont connus ces deux nations expliquent en partie le déclin de la langue française …Le génocide étant, heureusement, un cataclysme exceptionnel, j’ai choisi de ne  retenir que deux pays au passé colonial « moins tragique », même si nous savons que le colonialisme européen comporte de nombreux épisodes sanglants pour les populations locales…(l’impact de génocides sur les langues coloniales premières n’est pas le propos de cette étude et pourrait constituer un autre sujet de réflexion d’ailleurs)

Autre argument que l’on pourrait m’opposer : comparer deux pays aussi démographiquement et géographiquement opposés serait inapproprié. Le sous-entendu est : plus un pays est « petit », plus il est facile d’imposer une autre langue coloniale. Mais la durée de colonisation première pourrait très bien, par exemple, infirmer cette phrase (plus longtemps la colonisation a duré, plus grandes sont les chances que soit gardée la première langue coloniale). Remarquons aussi que l’argument inverse se défendrait tout aussi bien : plus un pays est grand, plus il serait facile d’imposer une autre langue (la géographie locale, les nombreuses langues indigènes, auraient empêché une implantation « solide » de la première langue coloniale et permettraient, par conséquent, qu’une autre langue lui succède plus facilement). En bref, ce deuxième argument ne peut valablement être retenu et l’étude qui suit va montrer que les autres affirmations sont souvent loin d’être validées également!

L’humeur du jour : l’anglicisation vécue comme une injustice

L’humeur du jour : l’anglicisation vécue comme une injustice

4 Avr, 2012

(publié le 04-04-2012 sur lefrançaisenpartage)

Je vous propose ci-dessous une relecture de l’histoire très personnelle à l’aune des évènements qui ont participé à l’histoire (et la géographie) de la langue française, et pas du tout exhaustive. Ça explique quand même pas mal de choses, je trouve !

La France révolutionnaire face à l’Europe

Comme beaucoup d’écoliers, je me suis passionné tout petit pour l’histoire de France, celle de l’Empire Romain aussi. L’histoire des conquêtes, les cartes colorées aux couleurs de la France. Je me rappelle du plaisir que j’ai eu à apprendre l’histoire de la Révolution : celle-ci s’opposait au Roi et se faisait au nom du peuple. Ensuite, j’appris que la quasi totalité des royaumes d’Europe se sont abattus sur la France qui était déjà en guerre civile. L’Angleterre jouait constamment contre la France et soulevait des coalitions. Malgré l’adversité, les armées révolutionnaires ont repoussé les envahisseurs et ont même conquis la majorité de l’Europe. Grand moment pour un enfant d’apprendre que son pays a connu une telle grandeur. Ensuite, on apprend que tout n’est pas aussi simple que cela, qu’il y a eu des pillages, on réalise qu’il y a eu des abus mais il reste quand même le plaisir d’avoir triomphé du fatalisme et d’avoir « exporté » notre révolution puisque l’Europe n’a plus été la même après cela.

Francophonie et réconciliation avec l’histoire. Un exemple : les Harkis

(Publié le 21-10-2010 sur lefrançaisenpartage)

Vous me direz : qu’est-ce qu’un article sur les harkis vient faire dans un blogue sur le français et la francophonie ? Comme me le faisait remarquer à juste titre un correspondant, des causes historiques expliquent notre situation présente, aussi bien collectivement qu’individuellement et cela s’applique à la situation du français.

Le problème que posent les harkis est celui-ci : comment peut-on être attaché à un pays qui a renié et rejeté ceux qui prennent parti pour lui ? L’attitude de nos élites (politiques entre autre) a été à ce titre une sorte de masochisme : on soutient et cours après ceux qui ne défendent pas nos intérêts et on rejete ceux qui nous aiment. On ne peut être surpris de ne pas être aimés si nous-mêmes n’osons pas défendre nos intérêts et avons honte de ce que nous sommes.

Introduction : les Harkis, un exemple symptomatique du malaise français face à l’histoire

L’exemple de l’histoire des Harkis est à ce titre instructif.

Les harkis, pour ceux qui ne le savent pas, ce sont ces gens qui ont pris parti pour les intérêts de la France lors de la guerre de l’indépendance algérienne. Comme chacun sait, cette guerre a débouché sur l’indépendance de l’Algérie. N’importe quel pays aurait remercié dignement des gens qui ont pris parti pour eux, et défendu leur intégrité, ce n’est pas le cas de la France. Les Harkis ont été parqués, n’ont pas reçu d’indemnités financières ou morales et étaient mal considérés en plus de cela.

  Il y a 1 commentaire sur le forum.